Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 13:16
Do not entertain any worry; but all need Have recourse to prayer and prayer, imbued with thanksgiving, let your requests to God. (Philippians 4.6)

Do not entertain any worry; but all need Have recourse to prayer and prayer, imbued with thanksgiving, let your requests to God. (Philippians 4.6)

Chers amis. Aloho m'barekh.

 

Cette "newsletter" regroupera aujourd'hui lundi et

 

mardi en raison des visites aux familles et malades de

 

"Région Parisienne" que  j'accomplis aujourd'hui et

 

demain. Veuillez m'en excuser. Demeurons en

 

union de prières!

 

Votre fidèlement en Notre-Seigneur.

 

+Mor Philipose-Mariam

 

Première lettre de saint Pierre Apôtre 3,8-15.

Mes bien-aimés, soyez tous unis de cœur dans la prière, compatissants, vous aimant comme des frères, modestes et humbles. 
Ne rendez point le mal pour le mal, ni l'injure pour l'injure ; bénissez, au contraire ; car c'est à cela que vous avez été appelés, afin de devenir héritiers de la bénédiction. 
" Celui qui veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu'il garde sa langue du mal, et ses lèvres des paroles trompeuses ; 
qu'il se détourne du mal, et fasse le bien ; qu'il cherche la paix et la poursuive. 
Car le Seigneur a les yeux sur les justes, et ses oreilles sont attentives à leurs prières ; mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal. " 
Et qui pourra vous faire du mal, si vous êtes appliqués à faire le bien ? 
Que si pourtant vous souffrez pour la justice, heureux êtes-vous ! " Ne craignez point leurs menaces et ne vous laissez point troubler ; 
mais sanctifiez dans vos cœurs le Seigneur, le Christ, étant toujours prêts à répondre mais avec douceur et respect, à quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,20-24.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Si votre justice ne surpasse point celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. 
Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point ; mais qui tuera sera justiciable du tribunal. 
Et moi, je vous dis : Quiconque se met en colère contre son frère à la légère sera justiciable du tribunal ; et qui dira à son frère : Raca ! sera justiciable du Sanhédrin ; et qui lui dira : Fou ! sera justiciable pour la géhenne du feu.
Si donc tu viens présenter ton offrande à l'autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 
laisse là ton offrande, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère ; et alors viens présenter ton offrande. 
 

"A pure heart is perhaps one which has no natural propulsion towards anything in any manner whatsoever. When in its extreme simplicity such a heart has become like a writing-tablet beautifully smoothed and polished, God comes to dwell in it and writes there His own laws."

St. Maximos the Confessor


===

Par St Dorothée de Gaza

(v. 500-?), moine en Palestine 
Instructions,8,90-91 (trad. SC 92, p.309 rev.) 

 

Le feu de la colère

 

La rancune se distingue de la colère, qui se distingue de l'irritation, qui se distingue encore du trouble. Voici un exemple qui vous fera comprendre.

Pour allumer un feu, on n'a d'abord qu'un petit charbon. Celui-ci représente la parole du frère qui t'offense.

Ce n'est encore qu'un petit charbon, car qu'est-ce qu'un simple mot de ton frère ?

Si tu le supportes, tu éteins le charbon. Si au contraire tu te mets à penser :

« Pourquoi m'a-t-il dit cela ?

J'ai de quoi lui répondre !... »,

comme celui qui allume un feu, tu y jettes des brindilles et tu fais de la fumée, ce qui est le trouble... 

En supportant la petite parole de ton frère, tu pouvais éteindre le charbon, avant que n'apparaisse le trouble.

Mais même ce trouble, tu peux encore l'apaiser facilement par le silence, par la prière, par un seul mouvement du cœur.

Si, au contraire, tu continues à faire de la fumée, c'est-à-dire à exalter et à exciter ton cœur en pensant :

« Pourquoi m'a-t-il dit cela ?

Moi aussi, je peux lui en dire ! » l'afflux et le choc des pensées, travaillant et échauffant le cœur, provoquent la flamme de l'irritation...

Voilà donc venue l'irritation. 

Si tu veux, tu peux encore l'éteindre, avant qu'elle ne devienne colère.

Mais si tu continues à te troubler et à troubler les autres, tu fais comme quelqu'un qui jette du bois dans le foyer et attise le feu : alors on a de belles braises.

C'est la colère...

Et de même que des braises mises de côté subsistent longtemps, même si on jette de l'eau dessus, la colère qui se prolonge devient de la rancune... 

Voyez-vous comment d'une seule parole on parvient à un si grand mal ?

Si dès le début on avait supporté patiemment la parole de son frère, sans rendre le mal pour le mal, on aurait pu échapper à tous ces maux. 

 

===

 

« Quand nous allons voir les pauvres,

nous devons entrer dans leurs sentiments

pour souffrir avec eux,

et nous mettre dans les dispositions

de ce grand apôtre, qui disait :

« Omnibus omnia factus sum », je me suis fait tout à tous (1Co 9, 22).

En sorte que ce ne soit point sur nous que tombe la plainte qu'a faite autrefois notre Seigneur par un prophète : « Sustinui qui simul mecum contristaretur, et non fuit » - j'ai attendu pour voir si quelqu'un ne compatirait point à mes souffrances, et il ne s'en est trouvé aucun (Ps 69, 21).
Et, pour cela, il faut tâcher d'attendrir nos cœurs et de les rendre susceptibles des souffrances et des misères du prochain, et prier Dieu qu'il nous donne le véritable esprit de miséricorde, qui est le propre esprit de Dieu. Car, comme dit l’Église, c'est le propre de Dieu de faire miséricorde et d'en donner l'esprit.
Demandons donc à Dieu, mes frères, qu'il nous donne cet esprit de compassion et de miséricorde, qu'il nous en remplisse, qu'il nous le conserve, en sorte que qui verra un missionnaire puisse dire : « Voilà un homme plein de miséricorde. »
[...] Soyons donc miséricordieux, mes frères, et exerçons la miséricorde envers tous.
En sorte que nous ne trouvions plus jamais un pauvre sans le consoler, si nous le pouvons, ni un homme ignorant sans lui apprendre en peu de mots les choses qu'il faut qu'il croie et qu'il fasse pour son salut.
O Sauveur, ne permettez pas que nous abusions de notre vocation, et n'ôtez pas de cette Compagnie l'esprit de miséricorde ! Car que serait-ce de nous, si vous en retiriez votre miséricorde ? Donnez-nous-la donc, avec l'esprit de douceur et d'humilité. »

St Vincent de Paul (1581-1660), Entretien 152, 6 août 1656 (XI, 340-342), in "Dieu très simple", Entretiens spirituels présentés par Jean-Pierre Renouard, Arfuyen, 2007.

 

 

===

 

N’entretenez aucun souci; mais en tout besoin recourez à l’oraison et à la prière, pénétrées d’action de grâces, pour présenter vos requêtes à Dieu.
(Philippiens 4,6) 

 

+++

 

DU 29 JUIN AU DIMANCHE 3 JUILLET

 

RETRAITE SPIRITUELLE DE GUERISON ET DE

 

DELIVRANCE  

 

"DANS ET PAR l'EGLISE DU CHRIST FONDEE SUR

 

LES SAINTS APÔTRES"

Afficher l'image d'origine

 

*Tous les jours Offices et Messes (Qurbano) avec enseignements réception et prières individuelles sur les retraitants.

 

Inscrivez-vous ! 

(Adresse ci-dessous)

 

+++

 

 

See original image

 

 

Au calendrier Malankare Orthodoxe:

"Jeûne des Apôtres" (Préparant les Fêtes de St Pierre et Paul (29 Juin) et des Saints Apôtres (30 Juin)

 

 

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS:

 

 

SAINT SILVÈRE
Pape et Martyr 
(+ 537)

        Silvère succéda au Pape Agapet, l'an 536, à une époque fort difficile, où l'Église était troublée par les intrigues et les hérésies. À voir la manière dont s'était faite l'élection de Silvère, favorisée, imposée même par Théodat, roi des Goths, on eût pu craindre que le nouvel élu ne répondît pas à la sainteté de la mission ; mais il en fut tout autrement. Dieu fit paraître en ce moment la puissance infinie de sa grâce et l'attention providentielle qu'il prête au choix des souverains pasteurs de son Église ; car Silvère fit éclater tant de vertus, il montra une vigueur si grande pour les intérêts de la religion, que ni l'exil, ni la perte des biens, ni les tourments les plus cruels, ni la mort même, ne furent capables d'abattre son courage et de lui arracher une décision contraire à son devoir.

        L'impératrice de Constantinople, Théodora, ayant voulu obtenir de lui le rétablissement, sur le siège patriarcal de cette ville, d'un hérétique déposé par le Pape son prédécesseur, Silvère lui déclara qu'il ne le pouvait pas. Ce fut contre lui le signal de la persécution ; Théodora le fit saisir, dépouiller de ses ornements pontificaux et revêtir d'un habit monastique, et un antipape, nommé Vigile, fut proclamé à sa place.

        Silvère, envoyé en exil à Patare, en Asie, fut sans doute attristé de la grave situation de l'Église ; mais, d'autre part, il eut une joie extrême de souffrir pour la défense de la foi, et il semblait personnellement aussi heureux dans les épreuves de l'exil que dans les gloires du pontificat. L'évêque de Patare le reçut d'une manière fort honorable et prit hardiment sa défense à la cour de Constantinople ; il menaça le faible empereur Justinien des jugements de Dieu, s'il ne réparait le scandale : " Il y a plusieurs rois dans le monde, lui dit-il, mais il n'y a qu'un Pape dans l'univers. " Ces paroles, dans la bouche d'un évêque d'Orient, montrent bien que la suprématie du siège de Rome était reconnue partout.

        Justinien, trompé jusqu'alors, se rendit aux observations de l'évêque, et peu après, malgré l'impératrice, Silvère revint en Italie ; mais bientôt de nouvelles intrigues le conduisirent dans l'île déserte de Pontia, où il subit un second exil plus rigoureux que le premier.

        Au bout d'un an environ, ce bon Pape mourut de faim et des autres misères de l'exil.



Lives of the Saints, by Alban Butler, Benziger Bros. ed. [1894]

st silvère,pape,martyr

 

 

===

 

 

St Raoul (ou Rodolphe) de Bourges 

(+866)

 

 Fils d'un comte de Cahors dans le département du Lot, il fut évêque de Bourges pendant vingt-cinq ans, dans des circonstances très difficiles.

Ses talents de diplomate lui permirent de mener à bien les nombreuses affaires politiques dont il eut à s'occuper :

ce qui lui valut d'être appelé le Père de la Patrie.

Il fonda plusieurs monastères.

Dans "L'Instruction pastorale" de quarante-cinq chapitres qu'il écrivit pour servir de guide à ses prêtres, il leur recommande d'engager les bons chrétiens à communier tous les jours, ce qui était une innovation à son époque.

Ce saint, issu du sang royal de France, était fils de Raoul, comte de Quercy et seigneur de Turenne. Aiguë, sa mère, était aussi d'une naissance très-illustre. Ayant renoncé à toutes les espérances qu'il pouvait avoir dans le monde, il entra dans le clergé en 823, et fut élu archevêque de Bourges en 840. Il fonda sept monastères, et se montra plein de zèle pour la réformation des abus qui s'étaient glissés dans son diocèse. Attentif à veiller sur les mœurs des ministres sacrés, il publia pour l'instruction de son clergé un recueil de canons que nous avons encore.

Il mourut le 21 juin 866.

* * * * *

M. de Rochechouart, évêque d'Evreux (transféré depuis à l'évêché de Bayeux), donna, le 2 mars 1741, un décret portant extinction et suppression de la mense conventuelle de la Croix-Saint-Leufroi, avec union au petit séminaire d'Evreux. Les lettres-patentes confirmatives de ce décret furent expédiées au mois d'avril de la même année; mais le parlement ne les enregistra que le 29 juillet 1750, parce qu'il fallut auparavant lever l'opposition formée par les religieux de la congrégation de Saint-Maur, et en particulier par ceux de Saint-Germain-des-Prés.

Le monastère ayant été démoli, on transféra dé l'église conventuelle dans l'église paroissiale un morceau considérable de la vraie croix, l'os d'un des bras de saint Leufroy, avec plusieurs autres reliques.

L'église de Saint-Paul a été bâtie par saint Leufroy. Elle fut quelque temps église paroissiale et église conventuelle. Les successeurs de saint Leufroy ayant fait bâtir une église abbatiale ; sous l'invocation de la sainte Croix et de S. Ouen, celle de S. Paul fut uniquement destinée à l'usage de la paroisse. On voit encore dans cette dernière trois pierres qu'on prétend avoir couvert les tombeaux de saint Leufroy, de saint Turiaf de Dole, et de saint Barsenore, abbé de la Croix.

Le premier, qui ait possédé l'abbaye de la Croix en commende, est M. Paul Pelot, qui mourut en 1726. Le roi lui donna pour successeur M. Louis-Guillaume de Mathan, qui vivait encore en 1707. Les notes sur la Vie de S. Leufroy sont le résultat des éclaircissements qu'il a bien voulu nous communiquer. Nous nous ferons toujours un devoir de témoigner notre reconnaissance à ceux qui contribueront à la perfection de notre ouvrage.


SOURCE : Alban Butler : Vie des Pères, Martyrs et autres principaux Saints… – Traduction : Jean-François Godescard.

Afficher l'image d'origine

 

===

 

Saint Nicolas Cabasilas
Théologien orthodoxe

Dès sa jeunesse, il reçut la formation spirituelle d'un des disciples de saint Grégoire Palamas et fréquenta les cercles de Thessalonique qui s'adonnaient à la prière de Jésus. Puis il alla poursuivre ses études à l'Ecole de Philosophie de Constantinople, mais il resta très soucieux des problèmes sociaux et politiques de son époque.

Lors des émeutes de la guerre civile à Thessalonique contre le pouvoir impérial, il réussit de justesse à échapper à la mort. Plus tard, il se déclara favorable à un concile d'Union avec l'Eglise latine, mais sans compromis doctrinal.

La guerre civile reprit et Nicolas se retira des affaires publiques en venant à Constantinople et composa deux livres majeurs "L'interprétation de la sainte Liturgie" et "Ma vie en Christ".

Empruntant la voie hésychaste, il rappelle que la déification et l'union au Christ constituent le but de la vie spirituelle de tout chrétien, transfigurant ainsi la culture humaniste de son temps pour se faire le docteur de "l'hésychasme sacramentel".

Nicolas Cabasilas est un saint orthodoxe canonisé en 1983 par le patriarche de Constantinople.



Source principale : nominis.cef.fr (« Rév. x gpm »).

BONNE FETE AUX SILVERE, RAOUL (RODOLPHE)...

 

 
 
 
 
 
 

Marie, Consolatrice des affligés est la sainte patronne de tout le pays

Afficher l'image d'origine

Le premier sanctuaire marial du Luxembourg est situé à Echternach. En l'an 697 une chapelle y a été dédiée à la sainte Trinité, à la Mère de Dieu et aux apôtres Pierre et Paul.

Du XI° au XVI° siècle, le culte marial s'épanouit beaucoup dans le pays. Les Cisterciens consacrent à la Vierge l'abbaye d'Orval (dans la province belge de Luxembourg), les Dominicains y introduisent la pratique du Rosaire.
 
L'amour envers Marie s'est si bien enraciné dans le peuple, chez les humbles et chez les puissants, que Marie, avec le titre de « Consolatrice des affligés », fut proclamée Patronne de la capitale le 10 octobre 1666, puis Patronne de tout le Luxembourg en 1678.

De retentissantes guérisons eurent lieu pendant les processions, notamment en 1639, en 1640 et en 1648. Par la suite, ce pèlerinage prit une ampleur nationale et contribua à l'identité de cette nation.

 

Attilio GALLI, Madre della Chiesa dei Cinque continenti, Ed. Segno, Udine, 1997, p. 207-212

Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
Luxembourg, un peu d'histoire

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

 

LA MÉDITATION

Le milieu –Fête de la protection de la Mère de Dieu

Méditer, c’est se situer au centre de soi-même. Qui médite appartient au Royaume qui est au milieu de nous (cf. Luc 17, 21 et Matthieu 24, 23). Il rejoint le Roi de ce royaume, celui qui est au milieu de son peuple, le Dieu fait Homme (Luc 22, 27 ; Matthieu  20, 28 ; Marc10, 45 ; Jean 20,19 ; 20, 26). Au milieu de nous se trouve Quelqu’un (Jean 1, 26). Qui rejoint le centre de l’Église, le milieu de la création, et son propre centre, a rendez-vous avec celui qui s’y trouve déjà – le Christ présent parmi nous par le saint Esprit, comme l’un d’entre nous, et qui règne au centre de son monde. Il est à la fois à la tête de l’Église son Corps, au milieu d’elle – au centre le plus intérieur en elle, en son cœur – et au milieu de chacun d’entre ceux qui croient en lui. Qui descend dans son cœur y rencontre Jésus. Qui invoque le Nom de Jésus rejoint par l’Esprit son propre centre, il médite au sens propre, puisqu’il se trouve au milieu de lui-même. Avec l’Esprit qui « descend », il descend lui-même là où se trouve Jésus.

Méditer la Parole

Par la mémorisation de la Parole, par la prononciation réitérée de son Nom – le Nom de Jésus, devant lequel tout s’incline et auquel toute créature au ciel, sur la terre et sous la terre rend hommage (Philippiens 2, 20) – l’homme médite. Il prononce la Parole, non seulement des lèvres, non seulement en pensée – par l’esprit/noûs – mais encore par le cœur et dans le cœur. Il laisse la Parole résonner indéfiniment en lui, et son esprit, implanté dans son cœur intelligent, parcourt, tel un moteur de recherche, toute la richesse des significations, tout l’écho de la Parole, toutes les implications et les prolongements de cette parole, toutes les correspondances entre cette parole et toutes les autres paroles de la Parole.

L’ouïe et la vue

L’esprit dans le cœur l’homme n’est plus, à un certain moment, qu’oreille charismatique, à l’écoute de tout l’éventail des paroles divines. L’homme en son milieu est un temple où, de façon sublime, la Parole de Dieu règne et s’articule dans des nuances sans fin et dans des profondeurs insondables ; simultanément, l’esprit de l’homme siégeant dans le milieu de son cœur – dans le cœur de son cœur – devient œil, intuition – car noûs veut dire faculté intuitive, vision noétique -, contemplation des vérités divines, vision émerveillée du visage ineffable du Verbe incarné – penché vers sa créature.

La Mère de Dieu

« Elle gardait toutes les paroles [qu’elle entendait au sujet de son Fils et son Dieu] et les concentrait dans son cœur, écrit saint Luc (2, 19-51). Elle « méditait » en l’interprétant, en le déchiffrant, le trésor de la Parole dont elle était prégnante avant de la livrer au monde. Elle faisait la synthèse de tout ce qu’elle avait entendu. Ce n’était pas réflexion ou raisonnement ; c’était une disponibilité virginale à toutes les significations, à tous les sens de la Parole – une liberté. La méditation est une gestation, une grossesse, dans laquelle nous nous approprions la Parole ; nous la laissons se faire consanguine avec nous et nous greffer en retour à elle, avant de nous en nourrir et de nous en abreuver. Toutes les significations et tous les échos innombrables de la Parole irriguent comme un sang véritable la conscience « incardinée » – c’est-à-dire implantée dans le cœur – de celui ou celle qui la médite. La méditation est une gestation.

La Liturgie

Dans la célébration, nous sommes des célébrants ! Mais notre activité sacerdotale de baptisés consiste avant tout – avant d’être une profération – dans l’écoute et la gestation des mots de la Parole. Nous sommes pendus aux lèvres du Verbe, suspendus dans l’écoute des paroles mêmes que nous prononçons en tant que membres du Corps ecclésial. Et cette écoute est d’une suavité indicible ; elle est un transport de tout l’être créé – corps et âme ; cœur et esprit – une élévation de toute notre personne dans l’adoration et la louange.(Source: "Sagesse Orthodoxe")

 

See original image

EN VRAC...ELEMENTS EPARS POUR VOTRE

 

REFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

 

 

 

===

TRISOMIE 21 :

LA LETTRE D’UNE MAMAN À SON MÉDECIN QUI LUI SUGGÉRAIT D’AVORTER

 

« Au lieu de nous apporter votre soutien et vos encouragements, vous nous avez suggéré d’avorter »

Courtney Baker et son mari, déjà parents de deux « grandes » filles de 14 et 11 ans, apprennent au cours de cette troisième grossesse que leur petite fille est atteinte du syndrome de Down (ou Trisomie 21). 15 mois plus tard, Courtney écrit une lettre ouverte sur Facebook qui fait le tour de la toile, adressée à celui qui lui a suggéré d’avorter à plusieurs reprises : son médecin.

1649640« Bien sûr qu’il est difficile d’apprendre que son enfant est trisomique, et que c’est une réelle épreuve, mais Emersyn a non seulement ajouté à notre qualité de vie, mais elle nous a donné un but et une joie qui sont impossibles à exprimer. Elle nous a donné les plus grands sourires, les rires les plus forts et les baisers les plus doux que nous ayons jamais connus. Elle nous a ouvert les yeux sur la vraie beauté et sur l’amour pur. »

Courtney n’est pas en colère, elle est triste. Triste d’avoir été confrontée à ce jugement de la part d’un médecin, triste de tous ces avortement massifs lorsque les dépistages montrent des bébés atteints de trisomie 21. Triste qu’on lui parle de « qualité de vie », lorsque l’on parle de son bébé, d’une vie toute entière.

« Cher Docteur, je suis venue vous voir pendant la période la plus douloureuse de mon existence et j’avais désespérément besoin de vous. Mais plutôt que de m’encourager et de me soutenir, vous m’avez suggéré d’interrompre ma grossesse. Je vous ai dit son prénom et vous m’avez demandé si nous comprenions bien à quel point nous aurions une qualité de vie médiocre avec une enfant atteinte du syndrome de Down. Le moment le plus difficile de ma vie est alors devenu presque insupportable, parce que vous ne m’aviez pas dit la vérité: ma fille était parfaite. »

« Je suis triste que les petits battements de cœur que vous entendez tous les jours ne vous remplissent pas d’émerveillement. Emmy nous donne une raison de vivre et un bonheur impossible à exprimer.De plus jolis rires et des baisers plus doux que tout ce que nous avions pu connaître. »

« Je suis triste que vous ayez pu dire qu’un enfant atteint de trisomie 21 puisse réduire la qualité de vie de ses parents. Et je suis triste à l’idée que vous puissiez encore le dire aujourd’hui à une autre mère. Mais je suis surtout navrée que vous n’ayez jamais eu le privilège de rencontrer ma fille, Emersyn ».

Dans sa lettre, elle parle également à toutes les mamans dont le bébé est trisomique, mais aussi à celles qui l’apprendront. Elle a souhaité les réconforter, expliquant qu’il est tout à fait normal de pleurer, de souffrir et d’être blessée. Mais finalement, au moment où vous l’avez dans les bras, tout change et tout devient plus lumineux. Mission accomplie pour cette maman ! Car, en l’espace de quelques heures, cette lettre ouverte a fait un véritable buzz et de nombreux journaux et chaînes de télévision ont repris cette belle histoire. Pour elle, la venue au monde de sa fille a changé le monde. « Et ce n’est que le commencement », dit-elle.

11049103_10207857784703959_2485041449289756326_n


Vous avez aimé cet article ? Venez en discuter avec nous sur le forum, nous n'attendons que vous !

(Source: )http://www.mamanvogue.fr/trisomie-21-la-lettre-dune-maman-a-son-medecin-qui-lui-suggerait-davorter/
Accéder au forum 

 

===

 

===

 

Le ministre des Affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier, a critiqué les exercices militaires internationaux de l’OTAN dans l’Est de l’Europe, baptisés Saber Strike, et appelé au dialogue et à la coopération avec la Russie.

«A l'heure actuelle, on ne doit pas aggraver la situation par le cliquetis des armes et une rhétorique guerrière. Celui qui pense que les parades militaires symboliques de chars à la frontière Est de l’OTAN favorisent le climat de sécurité, se trompe», a déclaré le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, dans une interview accordée au journal Bild am Sonntag.

Il a aussi précisé que la concertation sur «l’aspect militaire» et sur la «politique de dissuasion» ne mènerait qu’à un «danger mortel» et à «une nouvelle confrontation».

«L’histoire montre qu’il faut être toujours prêt au dialogue et à la coopération. […] Les membres de l’OTAN doivent négocier le désarmement et la maîtrise des armes», a-t-il souligné.

 

De plus, le ministre des Affaires étrangères allemand a mis en évidence que l’alliance atlantique devait entamer de nouveau le dialogue avec la Russie plusieurs intérêts communs existent.

«La prévention de l’exploitation des bombes nucléaires en Iran, la lutte contre l’islam radical au Moyen-Orient, la stabilisation de la situation en Libye sont parmi les exemples les plus actuels», a-t-il conclu.

Depuis le début de l’année 2016, Frank-Walter Steinmeier souligne la nécessité d'entretenir de bonnes relations entre l’OTAN et la Russie. En mai, à l'issue de négociations avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie allemande a souligné qu’il faudrait rétablir les contacts car cela «serait conforme aux intérêts des deux parties».

Pour autant, les responsables de l’OTAN restent sourds. Depuis plusieurs années, la Russie appelle à ne pas poursuivre le renforcement de l’alliance en Europe de l'Est, expliquant que de tels mouvements pouvaient déstabiliser la région sur le plan sécuritaire. Mais l’OTAN ne cesse de mener des exercices militaires près des frontières russes sous prétexte du renfoncement des pays d’Europe de l’Est face à "l’agression russe"». 

La prétendue agression russe serait illustrée par l’exemple de la Crimée, qui a fait sécession de l’Ukraine après le coup d’Etat de Kiev en 2014. La région, précédemment ukrainienne, avait voté en 2014 par référendum son rattachement à la Russie, ce qui avait été immédiatement qualifié par Kiev et ses alliés étrangers d’«annexion illégale» obtenue par la force militaire.

Moscou avait rejeté ce raisonnement, estimant que l’alliance profitait de la crise politique en Ukraine pour justifier son existence en jouant la carte habituelle de la menace russe.

Lire aussi : Obama appellerait l’Allemagne à renforcer la frontière Est de l’OTAN

Ce mois de juin, l’alliance atlantique a entamé deux séries de manœuvres dans l’Est de l’Europe. Saber Strike a débuté en Lettonie, en Lituanie et en Estonie le 27 mai et se poursuivra jusqu'au 22 juin. Au total, 13 Etats membres y prennent part.  

En parallèle, l’OTAN mène les manœuvres BALTOPS, qui réunissent plus de 6 000 militaires de 15 pays membres de l’alliance ainsi que des soldats suédois et finlandais pour une période allant du 3 au 19 juin. D’après les déclarations de leurs organisateurs, ces exercices maritimes ont pour but de préparer la défense de la région balte à de potentielles menaces.

Lire aussi : Poutine : la Russie est forcée de parer à la menace posée par le bouclier antimissile de l’OTAN

 

SOURCE

 

===

Suicide Bomber Targets Assyrian Event in Syria, 3 Killed


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Suicide Bomber Targets Assyrian Event in Syria, 3 Killed


2016-06-19 17:39 GMT

 

Patriarch Aphrem, head of the Syrian Orthodox Church.Qamishle, Syria (AINA) -- A suicide bomber disguised as a priest attempted to enter an Assyrian genocide commemoration event in Qamishle but was stopped by Assyrian forces. The bomber detonated his bomb outside the hall, killing himself and three members of the Assyrian Sutoro security forces and wounding five. It is believed the bomber was targeting Patriarch Ignatius Aphrem II Karim of the Syriac Orthodox Church, who was leading the commemoration.

 

Related: Attacks on Assyrians in Syria 
Related: The Assyrian Genocide

 

The explosion occurred at the intersection of al-Quwatli and El-Kindi Park road in a neighborhood heavily populated by Assyrians.

This is the fourth attack on Assyrians in Qamishle in the past six months:

 

  • May 22, 2016: an attack by ISIS in the Assyrian al-Wusta district of Qamishle, Syria killed at least five persons, three of them Assyrians, and injured more than a dozen.
  • January 24, 2016: Two explosions rocked an Assyrian neighborhood in Qamishli. The first targeted the Star Cafe, where a bomb was placed on a bicycle that was left in front of the store. The explosion killed 3 Assyrians and injured 20. The second blast targeted Joseph Bakery.
  • December 30,2015: Three explosions targeted Assyrian businesses in Qamishli, 16 were killed.

 

 

No one has claimed responsibility for the latest attack.

 

===

 

L'Union européenne a prorogé vendredi d'un an les mesures de rétorsions décrétées à l'encontre de la Crimée et de la ville de Sébastopol, a annoncé le Conseil de l'Europe dans un communiqué.

Le document précise qu'une telle mesure a été adoptée dans le cadre de la stratégie de non-reconnaissance de l'"annexion" de la Crimée par la Russie.

Les sanctions qui ont été prorogées jusqu'au 23 juin 2017 interdisent l'importation de produits fabriqués dans la péninsule et tout investissement, toute coopération dans le secteur du tourisme ainsi que l'exportation vers la Crimée de certains biens et services. En outre, les navires européens ne peuvent pas faire escale dans les ports de Crimée.

 

Vignes en Crimée
© SPUTNIK. SERGEY MALGAVKO
L'interdiction s'applique par ailleurs sur l'exportation, vers des entreprises de Crimée ou pour un usage en Crimée, des biens et technologies relatifs aux secteurs des transports, des télécommunications et de l'énergie ou utilisés dans l'exploration pétrolière, gazière et minière.

 

La Crimée et Sébastopol ont été rattachés à la Russie à la suite d'un référendum tenu en mars 2014. 96,77% des Criméens et 95,6% des habitants de la ville de Sébastopol (ville criméenne avec un statut particulier) ont voté pour le rattachement à la Russie. La péninsule avait été "offerte" à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954. Aujourd'hui, l'Ukraine continue de considérer ce territoire comme le sien. La majorité des pays occidentaux soutiennent la position de Kiev et ont introduit des sanctions en 2014.

SOURCE

 

===

Assyrian Genocide Monument Unveiled in Switzerland


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Assyrian Genocide Monument Unveiled in Switzerland


2016-06-19 17:57 GMT

 

The Assyrian genocide monument was unveiled in Locarno, Switzerland on June 18, 2016. ( Eliana and Fabrizizio Giacomini/AINA)Locarno (AINA) -- A genocide memorial monument for the victims of the Turkish genocide of Assyrians during World War One was unveiled yesterday in Locarno, Switzerland. The Turkish genocide occurred between 1915 and 1918 and targeted Assyrians, Armenians and Pontic Greeks -- the Christian subjects of the Ottoman Empire. 750,000 Assyrians were killed (75%), 1.5 million Armenians and 500,000 Pontic Greeks.

Turkey has denied the genocide and claims the victims were casualties of war.

 

Related: The Assyrian Genocide

 

The unveiling ceremony, held at Parco Della Pace, was opened by Yasar Ravi, president of the Swiss chapter of the Assyrian Genocide Research Center, and was attended by the mayor and finance minister of Locarno, a number of Swiss politicians, and members of the Assyrian and Swiss communities.

The monument is the first of its kind in Switzerland. This is the 17th genocide monument erected by Assyrians in various cities throughout the world (AINA 2013-08-08).

The genocide monument comes on the heels of the German recognition of the Assyrian and Armenian genocide two weeks ago (AINA 2016-06-06). To date, 13 countries, municipalities and organizations have recognized the Assyrian genocide.

I a speech delivered at the ceremony, Sabri Atman, the president Assyrian Genocide Research Center, said:

 

This genocide is an event that the survivors will never forget. The wounds of this genocide are not healed yet. Turkey and its allies from the Kurdish tribes must not only acknowledge this crime that they committed but compensate the survivors for the pain and losses suffered at their hands.

 

Patriarch Ignatius Ephrem II Karim of the Syriac Orthodox Church congratulated the Assyrian community in Switzerland on erecting the monument.

The Assyrian genocide monument was unveiled in Locarno, Switzerland. ( Eliana and Fabrizizio Giacomini/AINA)

 

===

 

Cela fait maintenant environ 2 ans que la politique des pays occidentaux envers la Russie se résume en une succession de provocations et de « sanctions » sous les prétextes les plus divers.

Inutile de revenir sur les « sanctions » financières et économiques sous le prétexte de l' »intervention Russe en Ukraine », intervention dont étrangement aucune photo n’a jamais pû être découverte. On citera encore les multiples saisies de biens et blocages de comptes bancaires appartenant à des institutions Russes en Europe suite à un jugement d’une obscure Cour européenne accordant des dommages et intérêts à des oligarques Russes ayant pillé les actifs de la Russie sous Borsis Eltsine.

Les provocations sur le plan militaire, qui ont débuté il y a maintenant 2 ans avec plusieurs bombardements en territoire frontalier Russe depuis l’Ukraine, qui ont continué en Syrie avec la destruction d’un jet Russe par les turcs qui n’ont bien entendu pas agi sans le consentement des Etats-Unis, et qui se poursuivent actuellement avec une accumulation sans précédent aux frontières Ouest de la Russie de troupes et matériel militaire de l’OTAN.

Dans le domaine du sport il y a eut les « sanctions »prises contre nos joueuses de tennis accusées de dopage il y a quelques mois, il y a actuellement le déferlement d’hystérie anti-Russe par des magistrats de quartier français lorsque des supporters Russes ont dû se défendre face à des hooligans anglais dopés à la bière, les interpellations quasi-militaires des supporters à leur hôtel, femmes et enfants compris, l’expulsion de quelques-uns d’entre eux dont aucune photo ni video ne peut prouver quelque fait délectueux que ce soit, une amende de 150.000 euros (!) contre la Fédération Russe de football, et dernière en date, aujourd’hui on apprend que les athlètes Russes sont « interdits » de Jeux Olympiques d’été qui s’ouvrent dans quelques semaines.

Cette hystérie collective venant de pays en plein délabrement économique et moral que sont les pays européens et les Etats-Unis, a des conséquences très concrètes en Russie.

D’une part les simples citoyens sont de plus en plus outrés par cet acharnement contre la Russie. On constate par exemple que les mouvements de supporters Russes de football, qui étaient globalement très mal vus avant les évênements de Paris, bénéficient actuellement d’une sympathie certaine tant il est évident que les faits tels qu’ils ont été rapportés par les media occidentaux et condamnés par la « justice » française sont du parfait délire!
Comme a dit Vladimir Poutine aujourd’hui-même, « je ne comprends pas comment deux centaines de nos supporters ont pû tabasser plusieurs milliers d’Anglais ». Plus généralement, on assiste a un ras le bol généralisé des citoyens Russes qui non seulement se rassemblent plus encore autour de Vladimir Poutine, mais n’attendent qu’une chose: Un durcissement de la politique Russe envers les pays occidentaux.

D’autre part dans les hautes sphères du Pouvoir, comme nous l’avions indiqué ici il y a quelques jours, des nombreuses voix s’élèvent pour demander au Kremlin des ripostes substantielles envers ce qui est considéré à juste titre comme une série d’agressions contre la Russie.
Il y a deux jours, Sergey Lavrov, le Ministre des Affaires Etrangères de Russie, a convoqué l’ambassadeur de France en Russie et lui a tenu des propos très fermes l’avertissant que les relations avec la France pâtiront des exactions judiciaires contre les citoyens Russes à l’occasion de l’Euro de football. Des voix se sont d’ailleurs élevées pour suggérer le rappel immédiat de l’équipe de Russie.

Alors on ne peut que se demander quelle sera le prochain acte agressif occidental contre la Russie tant il est clair que tant les européens que les Etats-Unis sont en train de « tester » la Russie pour savoir jusqu’où ils peuvent aller. 
Les manoeuvres de l’OTAN à nos frontières qui doivent se poursuivre plusieurs jours durant, semblent être un excellent terrain pour une nouvelle provocation occidentale, et on imagine sans peine que la Russie ne se contentera pas de déclarations si, par exemple, sa frontière était violée par des troupes étrangères.

Dans tous les cas, cette attitude des pays occidentaux ne peut avoir qu’une conséquence: Un durcissement de la politique Russe. C’est en fait ce que cherchent les occidentaux: (...)

source

 

===

Assyrian Genocide Monument Unveiled in Qamishli, Syria


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Assyrian Genocide Monument Unveiled in Qamishli, Syria


2016-06-19 20:16 GMT

 

Patriarch Aphrem (C), head of the Syriac Orthodox Church and Bishop Afram Athneil (R) of the Assyrian Church of the East at the opening of the Assyrian genocide monument in Qamishli, Syria.Qamishli, Syria (AINA) -- A genocide memorial monument for the victims of the Turkish genocide of Assyrians during World War One was unveiled today in Qamishli, Syria. The Turkish genocide occurred between 1915 and 1918 and targeted Assyrians, Armenians and Pontic Greeks -- the Christian subjects of the Ottoman Empire. 750,000 Assyrians were killed (75%), 1.5 million Armenians and 500,000 Pontic Greeks.

The ceremony was attended by Patriarch Aphrem, head of the Syriac Orthodox Church and Bishop Afram Athneil of the Assyrian Church of the East, as well as Syrian dignitaries.

Turkey has denied the genocide and claims the victims were casualties of war.

 

Related: The Assyrian Genocide

 

The monument is the 17th genocide monument erected by Assyrians in various cities throughout the world (AINA 2013-08-08). Yesterday a genocide monument was unveiled in Locarno, Switzerland (AINA 2016-06-19).

The genocide monument comes on the heels of the German recognition of the Assyrian and Armenian genocide two weeks ago (AINA 2016-06-06). To date, 13 countries, municipalities and organizations have recognized the Assyrian genocide.

Hours after the ceremony a suicide bomber attacked a related event but was stopped by members of the Sutoro Assyrian militia. Three Assyrians were killed and five wounded in the attack (AINA 2016-06-19).

The Assyrian genocide monument in Qamishli, Syria.

 

===

UN TRESOR DE L'EXPRESSION DE LA PIETE

 

CATHOLIQUE ET ORTHODOXE:

 

L'ANGELUS

 

Afficher l'image d'origine

 

L’angélus sonne encore à nos clochers. La piété catholique traditionnelle s’est habituée à cette heure particulière. Cette dévotion en l’honneur du mystère de l’Incarnation, qui prend racine en plein Moyen Âge, trouve son origine dans la tradition franciscaine. Au son de la « cloche de l’Angélus », au moment de la pause du matin, les chrétiens vénéraient la Vierge Marie en récitant trois Ave Maria entrecoupés par trois versets de la Bible. Le premier dit : « L’ange du Seigneur porta l’annonce à Marie. Et elle conçut du Saint-Esprit ». Puis : « Voici la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon votre parole ». Et on termine par un dernier verset : « Et le Verbe s’est fait chair. Et Il a habité parmi nous ».

On récite les versets bibliques, généralement sous forme de dialogue. Celui qui guide la prière récite la première moitié et la communauté répond par l’autre moitié. Après chaque verset, on prie un Je vous salue Marie. Pendant le temps pascal, on modifie les versets et cette dernière prière mariale est omise.

Protection de la Vierge contre les musulmans

Par la suite, on commença à réciter la prière plus d’une fois, à midi aussi. Et plus tard encore, au XIVe siècle, l’angélus est également prié à la tombée du jour. Ensuite, les trois étapes ont été établies : 6 h, 12 h et 18 h. Au XVe siècle, le pape Calixte III remarqua que l’appel à la prière de l’angélus avec la sonnerie de la cloche ressemblait à la coutume des musulmans qui entendent le même appel à la prière du haut des minarets. En ce temps de guerre contre les Turcs, il établit alors le lien entre les deux prières – chrétienne et musulmanes – et prescrivit l’angélus à Rome afin d’obtenir la protection la Vierge dans le combat contre ces ennemis de la foi catholique.

Saint Pierre Canisius, avec son Manuel des catholiques, a universalisé cette pratique dans le christianisme. Les derniers Papes, surtout à partir de Pie XII, ont mis à l’honneur cette prière, si bien qu’aujourd’hui, à l’heure de l’angélus, en particulier à midi, il y a toujours des foules nombreuses sur la place Saint-Pierre. Et quand le Pape est à Rome, il apparaît parfois à la fenêtre de son bureau pour réciter l’angélus avec les fidèles, leur adresser quelques mots et conclure avec eux la bénédiction.

Paul VI, dans une encyclique mariale, encourage à conserver le pieux exercice de l’angélus. Le caractère simple, biblique et de longue tradition historique, renforce la valeur de cette prière.

L’iconographie sacrée connaît le célèbre tableau dans lequel des paysans pieux se découvrent, s’inclinent pour prier l’angélus, à la fin de la journée de travail.

Manzoni, célèbre écrivain italien décrit avec des accents émouvants ce moment de dévotion populaire :

Quand surgit et que tombe le jour
Et quand le soleil à mi-chemin le divise
Le bronze te salue, et invite la foule pieuse à t’honorer.

S’alléger l’esprit du poids du travail quotidien

Les villes modernes peuvent difficilement faire tinter les cloches, afin de ne pas interférer dans la vie sociale, désormais régie par d’autres critères. Mais plusieurs radios jouent encore à 18 h l’une ou l’autre des célèbres mélodies de l’Ave Maria, afin que le fidèle puisse prier l’angélus. À la fin de la journée, une touche religieuse repose le corps et l’esprit, au milieu du tumulte d l’agitation urbaine. Pendant que la société laïque propose des techniques de relaxation, la piété populaire a créé des moments de silence et de contemplation. L’esprit s’allège du poids du travail quotidien pour se perdre pendant un moment dans le mystère. Celui-ci s’éclaircit dans la prière de l’angélus, à bien des égards.

Le contenu de la prière est le mystère de l’Incarnation. La visite de l’ange Gabriel annonçant le plan de l’Incarnation et du fiat de Marie est rappelée, par la répétition des versets de l’Écriture. Au centre, figure la personne du Verbe fait chair, mais l’attention se tourne également vers la Vierge Marie qui est devenue la figure féminine, symbole de la piété et la beauté religieuse. Et enfin les Je vous salue Marie chantés ou orchestrés sont de compositeurs célèbres, dont la mélodie nous transporte. Autant de facteurs qui font de ce moment une expérience de paix et de religiosité.

(Source: Aleteia)

 

===

 

 

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Après les meurtres de policiers à Magnanville par un islamiste, l'écrivain Boualem Sansal compare la situation actuelle de la France à celle de l'Algérie au début de la guerre civile.
Boualem Sansal est un écrivain algérien censuré dans son pays d'origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place. Son dernier livre 2084, la fin du monde est paru en 2015 au éditions Gallimard.

FIGAROVOX. - Depuis un an, sur fond de tensions culturelles, la France vit au rythme des attentats.
 Dernier en date, l'assassinat à coups de couteau, revendiqué par l'État islamique, d'un policier et de sa compagne dans leur maison. 
Que vous inspire ce nouvel acte de terreur? 

Boualem SANSAL. -
 Ca me glace le sang. 
Voici venu le temps du couteau et de l'égorgement. 
Il est à craindre que cette méthode fasse florès, car un hadith célèbre prête au prophète Mahomet cette terrible sentence adressée aux mécréants: «Je suis venu à vous avec l'égorgement».
 On a vu combien Daech a pris ce hadith à la lettre et combien de milliers de personnes ont été égorgées comme des moutons, avec tous les raffinements que des esprits malades peuvent inventer pour exalter leur soif de cruauté. 
C'est le deuxième cas en France: en juin 2015, en Isère, un islamiste avait égorgé et décapité son patron puis accroché sa tête au grillage d'une usine.
 La méthode va certainement inspirer beaucoup de jeunes islamistes.
 Au couteau, eux ajouteront la caméra qui démultiplient l'horreur. 
Ils filmeront leur crime et balanceront le film sur les réseaux sociaux.

 Le terrorisme islamiste en Europe n'en est qu'à ses débuts, nous verrons avec le temps combien il sait être inventif: l'égorgement, le viol, l'empalement, l'éventrement seront au menu, comme ils le sont au Daech et comme ils l'ont été en Algérie à grande échelle, pendant la guerre civile.
 

===

 

CONCILE PANORTHODOXE ?

WEB HOLY ASSEMBLY BISHOPS SERBIA © Epharija Krusevacka

Aleteia : Plusieurs Églises orthodoxes – de Russie, de Bulgarie, d’Antioche et de Géorgie – sur les quatorze que compte l’orthodoxie ont déjà fait savoir qu’elles n’y enverraient pas de délégation. Le concile peut-il encore avoir lieu ?

Jean-François Colosimo : Aucune Église ne demande la suppression du concile. Elles y sont toutes attachées, quoique quatre d’entre elles en ont demandé le report. Il n’y a pas de front uni contre le concile, mais des points de désaccords ou des attentes déçues qui sont propres à chacune de ces Églises. Le concile peut tout à fait se tenir, et même si seuls les deux tiers des Églises sont représentés, ce serait un immense événement car sa valeur ne tiendra pas au nombre de participations, mais à sa réception à travers le temps.

Le Patriarche de Constantinople, Bartholomée Ier, tient manifestement à ce que ce concile ait lieu coûte que coûte…
Et il a raison, si je puis dire ! L’Église orthodoxe a besoin de répondre aux défis de la modernité. Elle rencontre les mêmes questions que l’Église catholique, à savoir comment témoigner de la foi dans le monde contemporain. Si ce n’est que le monde orthodoxe a sur les épaules le poids d’une histoire éprouvante. Les orthodoxes sont, avec les bouddhistes, les seuls à être sortis du XXe siècle avec moins de territoires, dans l’absolu, et moins de croyants, au prorata de l’essor démographique, qu’ils n’y sont entrés. Songez que l’Église russe a connu plus de 70 ans de persécutions intenses, durant la période communiste !

Les Églises orthodoxes sont d’accord sur le principe du concile, mais n’arrivent pas à le tenir ensemble. Comment expliquez-vous ce blocage ?
L’Église orthodoxe est structurellement différente de l’Église catholique. Bartholomée Ier n’en est pas le pape, c’est « le premier d’entre ses pairs ». Il n’a pas de pouvoir spécifique, doctrinal ou disciplinaire. Ce n’est d’ailleurs pas par défaut que l’orthodoxie est organisée de la sorte : elle refuse le principe d’un tel pouvoir centralisé  au nom de sa propre compréhension de l’ecclésiologie. Cela rend-il les problèmes plus difficiles à régler ? Oui, nous le constatons avec le concile général. Mais c’est aussi une part de la vérité de l’Église orthodoxe que d’être incapable de maintenir une façade d’unité qui ne traduirait pas l’union et communion des esprits.

Que va-t-il advenir de ce concile désormais ?
L’Église orthodoxe est face à des défis, et il n’est pas étonnant qu’un Concile général donne lieu à des désaccords. Songez à Vatican II au sein de l’Église catholique : il y eu des conflits, et même un schisme, demeuré fort heureusement marginal. J’espère que les orthodoxes sauront négocier les changements à accomplir avec le plus de sérénité possible. En cette occasion, le Patriarche Bartholomée Ier accomplit une belle œuvre et le sens même de sa « présidence dans la charité » qui est au service de tous.

(Source: Aleteia /Propos recueillis par Sylvain Dorient)

 

===

QU'EST-CE QUE "SOOTORO", ?

Une unité Chrétienne de combat...

Members of the Assyrian Gozarto Protection Forces (GPF), consisting of Sutoro militia, a pro-government Syriac Christian movement, and other Assyrian fighters stand with their weapons as they re-group before heading to reinforce pro-government forces on the front line in the battle against the Islamic State (IS) group, in the northeastern Syrian province of Hasakeh on July 13, 2015. AFP PHOTO / YOUSSEF KARWASHAN / AFP PHOTO / YOUSSEF KARWASHAN

Le 15 mars 2013, inquiets des répercussions de l’État islamique (EI), les chrétiens syriens décident de mettre en commun leurs armes et de fonder la milice Sotoro. Très rapidement, les Kurdes voient d’un mauvais œil ce rassemblement et leur demandent de les rejoindre pour former un seul et même groupe. Les chrétiens peuvent ainsi bénéficier d’importants financements kurdes et d’un meilleur salaire. Or, cet appel révélant une domination kurde n’est pas bien accueilli et provoque une scission : Sutoro, milice pro-kurde et Sootoro, milice pro-gouvernement.

Protecteur de la population

Dans une démarche patriotique et nationaliste, appuyée par l’Église et les populations locales, Sootoro se pose en protecteur de la population. Elle empêche les groupes rebelles de l’État islamique d’entrer dans la région et aux kurdes d’investir les quartiers chrétiens.

La branche militaire, Gozarto Protection Forces (GPF) intervient comme une armée. En juin 2015, elle est partie combattre l’EI à Hassakeh. En novembre 2015 c’est à Sadad qu’elle est intervenue et elle s’est récemment déployée à Qamishli où de fréquents attentats frappent les civils.

Les miliciens peuvent mener leurs raids grâce aux donations de l’Église syriaque et de quelques groupes indépendants français, belges, suédois et allemands. De l’argent frais qui permet de financer la logistique et de verser une solde aux 300 soldats du groupe.

Certains volontaires ont à peine 16 ans

Pour appartenir à cette milice, tout jeune homme, âgé de plus de 16 ans, doit recueillir l’avis favorable de sa famille. À la suite d’examens de capacités intellectuelles ou de résistance physique et psychologique, le jeune homme est affecté dans la police ou la milice GPF.

 

Les membres de cette milice sont tous chrétiens (chaldéens, syriaques, melkites, etc). De nombreux chrétiens arméniens d’Alep les ont rejoint car leur Église refuse de soutenir une milice. Face aux nombreuses demandes d’incorporation d’éléments étrangers, Sargon Ibrahim, fondateur et leader de la milice, tranche net : « On leur demande de ne pas venir car nous n’avons pas besoin d’eux. Notre but premier n’est pas d’aller combattre. Notre but premier est de protéger notre village… Les habitants d’ici nous suffisent. Nous ne voulons pas d’étrangers car cela changera notre politique. On sait que si demain nous avons besoin d’aide, des personnes viendront combattre à nos côtés ».

Peu de relations avec le gouvernement syrien

Bien que soutenue par l’État, Sootoro a peu de contacts et reçoit peu d’aides de sa part. Damas leur finance quelques armes légères pour défendre les villages et garantir la sécurité des civils lorsque Sootoro se transporte sur les zones de conflits, laissant les habitants sous protection réduite. Même si cette milice est dite pro-gouvernement et qu’ils combattent sous les couleurs du drapeau syrien, GPF ne s’est pas plié pas à toutes les conditions posées par Damas.

Le service militaire est inévitable pour les jeunes syriens mais le gouvernement a levé cette obligation pour les engagés au sein de la milice GPF. Les Kurdes sont moins indulgents pour leur part et kidnappent les chrétiens refusant de servir leur armée. Sootoro a répondu à la menace en n’enlevant non pas un mais deux Kurdes pour chaque chrétien embarqué de force. Jusqu’à ce que la pratique cesse.

Dialogue avec Sutoro

La milice Sootoro persévère dans le dialogue avec la milice Sutoro. Ils savent que la situation entre ces deux groupes peut dégénerer à tout moment. « La milice Sutoro ne veut plus entendre parler du gouvernement et rejoint pleinement la pensée et l’agenda kurdes. Ils sont prêts à tuer leurs frères chrétiens pour des raisons politiques et de contrôle de territoires. Nous savons qu’ils sont capables de se retourner contre les autres chrétiens. »

Ils sont déjà venus se battre mais Sootoro a toujours baissé les armes, ne voulant pas verser de sang chrétien. « Nous ne voulons pas nous entretuer car nous sommes une seule nation. Ce sont les Kurdes qui les forcent à se battre entre eux. Ils leur ont également promis de leur donner des responsabilités dans leur futur gouvernement », souligne le chef de la milice GPF.

Le patriarche syriaque orthodoxe, Ignace Ephrem II Karim, se rend régulièrement dans la région de la Djezihré pour s’entretenir avec les chefs de ces deux milices et essayer de les réconcilier.

Relations compliquées avec les Kurdes

Les Kurdes ne désespèrent pas de prendre un jour le contrôle de la milice Sootoro, essayant d’acheter ses membres avec de grosses sommes d’argent. Peu de chrétiens acceptent l’offre qui implique d’obéir à des conditions opposées à leurs principes, leurs idées, leurs valeurs. « Le but n’est pas d’avoir beaucoup d’argent mais d’en avoir assez pour exister et faire le boulot en étant fidèle à l’éthique et au peuple », précise Sargon Ibrahim, le chef de milice GPF.

Les Kurdes ont pensé un temps que leurs menaces intimideraient Sootoro et la ferait disparaître après quelques batailles. Mais la force de Sootoro ne découle pas du nombre où de ses finances mais du soutien et de la confiance du peuple dont elle jouit. Sargon Ibrahim se veut rassurant : « Si nous étions 50 000 sans le peuple derrière nous cela ne servirait à rien. Nous sommes 300, le peuple est avec nous. C’est ce qui perturbe le plus les Kurdes. Ils sont très nombreux et n’arrivent pas à nous faire disparaître. Fin 2105, nous avons installé un barrage tout autour de la ville de Qamishli afin de la protéger des menaces extérieures. Cela a fortement déplu aux Kurdes qui ont perçu l’initiative comme une défiance dans leur système de sécurité. Environ 200 d’entre eux sont venus aux portes du barrage pour tenter de nous soumettre. Nous avons perdu un homme dans les combats mais le barrage a tenu car tous les habitants étaient dans la rue avec leurs armes pour empêcher nos agresseurs d’entrer ».

(Source: Aleteia)

 

===

 

An Introduction to Orthodoxy :

Bishops

Afficher l'image d'origine

 

Chapter 31: The Episcopate

From the earliest years of the Church the role of bishop, or episkopos, has developed as a means of preserving the ministry of the Apostles into the more settled situation of organised Christian communities. The Apostle Paul, in his letters to Timothy and Titus, describes the moral character of the man who should be considered worthy of being a bishop.

Titus 1:7-9  For a bishop must be blameless, as a steward of God, not self-willed, not quick-tempered, not given to wine, not violent, not greedy for money,  8 but hospitable, a lover of what is good, sober-minded, just, holy, self-controlled,  9 holding fast the faithful word as he has been taught, that he may be able, by sound doctrine, both to exhort and convict those who contradict.

The word translated as bishop in this passage from the letter to Titus, is the Greek word episkopos,which means overseer. In those places where the Apostles and their disciples established local Christian communities through their preaching, men who had the moral qualities described by St Paul were set apart to oversee their growth and welfare.

The little letter to Titus also shows us some of the responsibilities of a bishop.

Titus 1:5 For this reason I left you in Crete, that you should set in order the things that are lacking, and appoint elders in every city as I commanded you.

Therefore, a bishop, in the earliest times, had a delegated responsibility and authority from the Apostles, to ensure that the life of the Churches in their care was well ordered, and that they themselves should appoint other men to be responsible for the congregations found in each town and city.

Outside of the New Testament there are further descriptions of the role and content of the ministry of the episcopate, that is of the bishop. The Apostolic Church appears to have very quickly and naturally become an Episcopal Church. Indeed, one of the leaders of the Church in Rome, St Clement, one of the first bishops there, wrote a letter to the Church in Corinth in about 80 AD. They were still suffering from the sort of problems which caused St Paul to write to them. In his letter Clement of Rome speaks of the relationship between bishops and the Apostles saying,

Through countryside and city [the apostles] preached, and they appointed their earliest converts, testing them by the Spirit, to be the bishops and deacons of future believers. Nor was this a novelty, for bishops and deacons had been written about a long time earlier… Our apostles knew through our Lord Jesus Christ that there would be strife for the office of bishop. For this reason, therefore, having received perfect foreknowledge, they appointed those who have already been mentioned and afterwards added the further provision that, if they should die, other approved men should succeed to their ministry.

Another such witness is the early Church leader, St Ignatius of Antioch. In about 107 AD he was being conducted under guard to Rome, where he was martyred for his faith. He wrote several letters to the Christian communities through which he passed in Asia Minor, and they provide clear evidence for the importance of the bishop from the beginning of the Church.

Writing to the Church in the city of Smyrna, he says,

Let no man do anything relating to the Church apart from the bishop. A true Eucharist is that which is held under the bishop or one to whom he has committed it. Where-ever the bishop shall appear, there let the people be; even as where Jesus may be, there is the universal Church. It is not lawful apart from the bishop either to baptize or to hold an agape; but whatsoever he the bishop approves, this is well-pleasing also to God.

St Ignatius also describes how the presbytery, or the elders, are to be gathered around their bishop, together with the deacons, those who are especially responsible for practical service in the Christian community. Certainly by the beginning of the second century Christian churches everywhere were shepherded by bishops, who had a number of presbyters supporting them, and deacons engaged in practical service. This has remained the pattern of Church organisation within Orthodoxy ever since.

As the Church grew and spread through the cities, towns and villages, the bishops decided that it was not appropriate that the leader of a congregation in a small hamlet should be considered a bishop in the same sense as the leader of many congregations in a major city. Thus it became normal for all the congregations in a region around a city to have one bishop whose cathedra, or bishops seat, was in the major settlement, while priests took care of the local and smaller congregations with a delegated responsibility and authority from their bishop. Some of the bishops of small communities became choir-bishops, or chorepiskopoi, which essentially meant that they were senior priests, and could perform some of the bishop’s functions as his agent or delegate, but could not act as an independent bishop.

In another development those bishops who were associated with the major cities in the provinces of the Roman Empire came to be known as archbishops, and in time a small number became known as patriarchs, who might have archbishops and bishops under their authority. There are other terms which have been used in different times and places for the various degrees of authority or relative rank which individual bishops might have. But essentially each bishop is equal in terms of his ministry. The Orthodox Church is always local and is always a community of the faithful gathered around their bishop. Within Orthodoxy the universality and unity of the Church is not created or defined by having one bishop who stands above all others. Rather it is manifested in the unity which individual bishops share with one another in the local synods or councils of bishops, such as that of the Coptic Orthodox Patriarchate and in the wider expressions of unity which take place when bishops meet and recognise each other as being bishops of the same Church, the One, Holy, Catholic and Apostolic Church.

The teaching of the New Testament and the early Church, shows us that normal Christian life takes place in relation to a bishop. He has both responsibility and authority in the Church. Responsibility to order the congregations in his care so that they become communities filled with the life of Christ, and authority to act in discipline so that such a right ordering of life in the community is preserved.

There is a strong link between the ministry of the bishop and the celebration of the Eucharist. Not only is the Eucharist only to be celebrated with the authority of the bishop, but in a sense the Church only comes into existence around the bishop and in the celebration of the Eucharist. This is because the bishop, as the successor to the Apostles, has the ministry of forming the faithful into the Church, the Body of Christ, and this especially takes place at the Eucharist, when the faithful participate in the Body and Blood of our Lord and Saviour Jesus Christ, the incarnate Word, and by participating in Christ are united with Him and in Him, and with one another.

As successor to the Apostles the bishop also has a teaching ministry. Not that every bishop must be a brilliant theologian, or even a wonderful public speaker. But the bishop is responsible for the quality of the teaching in the communities under his care. It is the bishop who must use his authority to preserve the Apostolic faith and who is responsible before God for it being preserved.

This means that it is sometimes necessary for the bishop to act with spiritual authority to discipline members of his own flock, or to speak against those outside the Church who are causing harm and confusion within. The Church is not a democracy, but is both a family and a theocracy. Therefore, in cheerful obedience to spiritual bishops the Church is able to discern the will of God and grow in grace by hearing the Word of God through the ministry of their bishop.

In all of his ministry, whether it be the positive aspect of calling the Body of Christ into being around him, or the more negative one of acting against error and disorder, the bishop is always best when he is spiritual father to his people, and when the faithful Christians in his care are his spiritual children.

(Source: http://www.stgeorgeministry.com/?p=564 )

St Severus and Pentecost

These are the wonderful hymns composed by St Severus, the Pillar of Orthodoxy, for the Feast of Pentecost. Each one is filled with pure and accurate spiritual teaching and is worthy of careful and prayerful reflection. May his prayer be with us all.

Hymn 108

Christ, even God, by suffering a voluntary passion
On our behalf in the flesh
And rising in glory from among the dead
Quickened and raised us also with him
Who were lost and dead in sin.

And he brought to nought and dissolved
The power of the tyranny of the devil and of the demons.
Therefore down to the day of Pentecost
We do not bend the knee to the eath when we pray.

And against our enemies we sing and say
With the divine Psalmist and prophet David
They have been entangled and have fallen
But we have risen, and been set upright.

But, when the Holy Spirit has shone
And been revealed to us in a God-befitting fashion,
We bow the knee because
We cannot endure the sight of him.

And we signify that it is through the Spirit, the Paraclete
That we have learned the perfect worship
In the Holy Trinity.
For God is a Spirit
And they that worship him
Must worship before him in spirit and in truth.

18.02.02.B.-THE-DAY-OF-PENTECOST-AS-DEPICTED-IN-THE-RABULA-CODEX-OF-586-3-843x1024

Hymn 109

Thou wast made known aforetime
Through the law and the prophets,
O God of all and Father,
And by their means thou didst announce and show forth
Thy Only Son and Word and the Holy Spirit,

But not clearly because
They were not yet capable of understanding
When the one Godhead of the Trinity was revealed.
But when the Word and God became incarnate
And became man on our behalf without variation,

He showed himself equal to thee, Father,
Through the wonderful works which he did;
And after he has ascended to heaven,
He shows plainly today, as to men who have become perfect,

The Godhead of the Spirit, the Paraclete,
Which in the shape of tongues of fire
Rested and abode upon the holy apostles,

In order that they might burn and destroy the thorns,
Which the transgression of our father Adam planted aforetime;
They who also taught us to praise the one God in three holy hypostases:
Whom also worshipping we say, Praise to thee!

Hymn 110

Moses in one place signifying
Though in mysterious fashion
The one essence of the Trinity
In three holy hypostases said,

Listen and hear, Israel: the Lord thy God is one Lord;
But those who then heard were not capable of understanding
The great and hidden mystery of the theology.

Therefore, when the only Word
Who is in the bosom of the Father became incarnate,
He declared to us and explained to us clearly,
As far as was possible,
The inexplicable character of his Godhead:

And the Spirit also, the Paraclete,
By resting in his grace on the holy apostles
In tongues of fire showed that he is God over all,
And the Spirit of truth,
Who proceeds everlastingly from God the Father.

Wherefore let us cry to him in entreaty,
Examine and purify, O God, our mind and tongue,
In order that we may say, as befits the Godhead,
Praise to the Father and to the Son and to the Holy Spirit!,
And that we may know that thou art one God
Without division in three hypostases.

Hymn 111

Who will not say that the depth of theology is an infinite abyss?
I think in my mind on the Father,
And I am filled with light,
and I consider myself to have everything.

I go on to ponder upon the Son,
Not am I thereby straightened in mind:
but I am again enlightened with another light
That is full and of equal honour.

But, when further in addition to these
I receive in myself thoughts concerning the Holy Spirit also,
I find in three perfect and unconfused hypostases
One light of the Godhead.

And the indivisible union of this is shown
By the miracle that was wrought,
which gathered the divided tongues into one,
And made the divine apostles to use them all as if they were one:

By whose prayers we beg, my Lord,
bestow upon us also the union and concord of the Holy Spirit,
And the bond of right faith:
And keep us and be merciful to us,
According to the abundance of thy great mercy.

Hymn 112

After the Ascension of the great God
And Saviour of all, Jesus Christ,
In the flesh from earth to heaven
In accordance with the God-befitting promise
Of his words that cannot lie,

His Holy Spirit rested and abode
Upon the holy apostles in tongues of fire:
Who by speaking in the tongues of all peoples
And proclaiming the teaching concerning the kingdom of heaven

Signified that he who aforetime divided the speech of men
Which was one into many tongues
Has now joined the tongues of all together
Into one faith which teaches men to believe

Equally in the Father and in the Son and in the Holy Spirit,
In three unconfused and perfect hypostases, one Godhead;
Which also let us worship and praise,
Confessing his great and ineffable mercy.

Hymn 113

He who once spake through the holy prophets,
The Paraclete, the Holy Spirit,
Has in everything signified and shown to us
That he is God equal in essence and equal in honour
To the Father and to the Son.

Aforetime through the books of the law
And in the prophecies of the prophets
He taught saying as in the person of the Father,
These things saith the Lord.

But afterwards through the voices of the Gospel,
In the beginning was the Word,
And the Word was with God, and the Word was God;
And through the preaching of the divine apostles he cried,

These things saith the Holy Spirit:
Who also in the shape of tongues of fire
Rested and abode upon them;
In order that on every side the equality and kingship

And invariability in all things
Of the Holy Trinity might be made known,
And that we might praise the ineffable mercy
Which has been revealed
And has taught us the knowledge of God.

Hymn 114

When the divine apostles were carrying
The gospel-teaching in the newness of the spirit
As Paul said and not in the oldness of the letter,
And were giving a sign that this was so

In the fact that they spoke with all kinds of tongues,
The Jews  who were full of envy,
Who had grown old and aged in their sins,
And not wishing for the truth, said, mocking,

They have drunk sweet wine and are drunk:
For it was the new wine of the perfect grace of the Spirit
Of which the divine apostles were full,

Having been purified by means of the tongues of fire:
Through whose prayers we beseech thee
Make us free and pure from the old wickedness,
as thou art the only merciful one.

LE COIN DU CATECHISME ET...DE LA TRANSMISSION FAMILIALE:

 

COLORIAGES SUR LA PARABOLE DU PAUVRE LAZARE

 

 

Il y avait une fois un homme riche qui s’habillait des vêtements les plus fins et les plus coûteux et qui, chaque jour, vivait dans le luxe en faisant de bons repas. Devant la porte de sa maison était couché un pauvre homme, appelé Lazare. Son corps était couvert de plaies. Il aurait bien voulu se nourrir des morceaux qui tombaient de la table du riche. De plus, les chiens venaient lécher ses plaies. Le pauvre mourut et les anges le portèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi et on l’enterra. Il souffrait beaucoup dans le monde des morts ; il leva les yeux et vit de loin Abraham et Lazare à côté de lui. Alors il s’écria : « Père Abraham, ait pitié de moi ; envoie donc Lazare tremper le bout de son doigt dans de l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre beaucoup dans ce feu ». Mais Abraham dit : « Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu beaucoup de biens pendant ta vie, tandis que Lazare a eu beaucoup de malheurs. Maintenant, il reçoit ici sa consolation, tandis que toi tu souffres. De plus, il y a un profond abîme entre vous et nous ; ainsi, ceux qui voudraient passer d’ici vers vous ne le peuvent pas et l’on ne peut pas non plus parvenir jusqu’à nous de là où tu es ». Le riche dit : « Je t’en prie, père, envoie donc Lazare dans la maison de mon père, où j’ai cinq frères. Qu’il aille les avertir, afin qu’ils ne viennent pas eux aussi dans ce lieu de souffrances. Abraham répondit : « Tes frères ont Moïse et les prophètes pour les avertir : qu’ils les écoutent ! Le riche dit : « Cela ne suffit pas, père Abraham. Mais si quelqu’un revient de chez les morts et va les trouver, alors ils changeront de comportement ». Mais Abraham lui dit : « S’ils ne veulent pas écouter Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader même si quelqu’un se relevait d’entre les morts ».

 

===

 

See original image

INVITATION (S):

 

 

===

La Nuit aux Invalides : 23 juin 2016 – 20h30

 

Placée sous le haut patronage de Sa Béatitude Ignace Joseph III Younan, patriarche pour les syriaques catholiques et de Monsieur Jean d’Ormesson, de l’Académie française, le spectacle de la Nuit des Invalides du 23 juin sera pour les chrétiens d’Orient. Organisée par SOS Chrétiens d’Orient et l’Aide à l’Eglise en Détresse, les bénéfices permettront de reconstruire une école à Bagdad pour 700 élèves.

Pour s’inscrire :https://lanuitauxinvalidespourlleschretiensdorient.placeminute.com/spectacle_grand_format/la_nuit_aux_invalides_pour_les_chretiens_d_orient,1,14843.html

 

Cette soirée est parrainée par :

Général Emmanuel Beth (2s), ancien ambassadeur de France,
Général Bruno Dary (2s), ancien gouverneur militaire de Paris,
Monsieur Philippe de Villiers, ancien ministre, écrivain,
Madame Rachida Dati, député européen, maire du 7e arrondissement de Paris,
Monsieur Michael Lonsdale, comédien, écrivain.

 

« Chers amis français,
vos frères syriaques catholiques d’Irak souhaitent éduquer leurs enfants dans la foi chrétienne!
Avec la grande soirée de La Nuit aux Invalides, le 23 Juin, vous aidez les chrétiens d’Orient à reconstruire une école dans laquelle des enfants grandiront dignement et librement. Votre mobilisation nous touche.
Merci pour votre générosité, merci à l’Aide à l’Eglise en Détresse et à SOS Chrétiens d’Orient.»

Sa Béatitude Ignace Joseph III Younan, patriarche pour les syriaques catholiques

 

De nombreux auteurs viendront dédicacer leurs ouvrages :

  • Jean-Christophe Buisson
  • Charles Beigbeder
  • Bruno de Cessole
  • Laurent Dandrieu
  • Isabelle Dillmann
  • Nathalie Duplan et Valérie Raulin
  • Marc Fromager
  • Véronique Lévy
  • Michael Lonsdale
  • Jean-Christian Petitfils
  • Frédéric Pichon
  • Jean Sévillia
  • Jacques Trémolet de Villers
  • Philippe de Villiers
  • Jean-Frédéric Poisson
  • Jean-Paul Tillement
  • Frédéric Pons

Nous vous attendons très nombreux !

 

 

PARUTIONS NOUVELLES:

Du 3 au 5 Juin

Jean Claude et Geneviève ANTAKLI

sont au salon du livre à Nice, pour présenter

et dédicacer leurs derniers livres (Syriapocalypse)

et (Syrie, une guerre sans nom!)

au stand de la librairie du quartier latin.

Vous êtes les bienvenus.

Afficher l'image d'origine

De: Véronique Teyssandier <teyssandier@hotmail.com>

 
L’Association Parler en paix, lauréate 2016 du trophée du vivre-ensemble, vous invite à venir fêter la fin de l’année 
le dimanche 26 juin de 13h à 17h
à la Maison de l’Europe et de l’Orient (3 Passage Hennel, 75012 Paris). 
 
La fête est ouverte à tous. 
Cette association, qui existe depuis 12 ans, propose à ses adhérents l’apprentissage conjoint de l’arabe et de l’hébreu ainsi que des activités culturelles autour des cultures juive et arabe. 
 
Si vous êtes curieux, si vous avez le goût des autres, venez les rencontrer pour manger un morceau, écouter de la poésie, vous laisser bercer par le son des langues. 
Ils vous attendent pour vous faire connaître leur association et festoyer en paix !  www.parlerenpaix.org
 

13H-14h : déjeuner participatif (chacun apporte une spécialité, un plat ou une boisson)

14h-15h : interventions des élèves 

15h-16h : lectures

16h-16h30 : chants de matrouz par simon elbaz

« Le Matrouz - en arabe, ce qui est brodé - est de tradition orale. Renouant instinctivement avec ce patrimoine culturel judéo-arabe rattaché au creuset hébraïque, musulman et chrétien de l'Andalousie pluriculturelle, Simon Elbaz s'est inspiré, dans un premier temps, de cet art basé principalement sur l'alternance de deux langues, l'arabe et l'hébreu. 
Il aurait pu garder et regarder cet héritage comme un objet de nostalgie ; il a préféré s'en emparer pour le renouveler, en associant le sacré et le profane et en s’appuyant sur un autre procédé de composition fondé sur l’entrecroisement :
- de langues : l’hébreu et l’arabe notamment, avec le français, le latin, le judéo-espagnol… 
- de musiques : maghrébo-andalouse, judéo-espagnole, orientale, médiévale… 
- de différents modes d’expression : la musique, le chant, le conte et le théâtre qui, pour la première fois, « entre en scène » dans le répertoire Matrouz. »

Après avoir chanté, Simon Elbaz sera disponible dans l’espace librairie pour dédicacer son coffret. 

 =====
 
Mauricette Vial-Andru, ancienne enseignante de Français et d’Histoire, écrit des livres pour la jeunesse, romans historiques et d’aventures, vies de saints, tous permettant un bel apostolat auprès des enfants.
 
 
jeanne-d-arc-soldat-du-roi
 

Ce joli livre destiné aux enfants dès l’âge de six ans débute avec la naissance de Jeanne d’Arc le 6 janvier 1412, décrit sa mission, raconte son épopée et son martyre, et se termine avec le procès de réhabilitation de Jeanne en 1456 et sa reconnaissance comme sainte par l’Eglise en 1920.

De beaux dessins enrichissent ce récit rédigé avec foi et pédagogie. Idéal pour faire découvrir la patronne secondaire de la France à nos petits.

Jeanne d’Arc soldat du Roi, Mauricette Vial-Andru, illustrations de Catherine Carré, éditions Téqui, collection Les Petits Pâtres, 45 pages, 11 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur


++++++

Seize auteurs

ont contribué à la rédaction

de cet ouvrage surprenant

consacré à quelques fondateurs de sociétés secrètes, théosophes, kabbalistes et autres lucifériens.

Les_illumines_de_l_occulte

Certains font office de mages de cour. A titre d’exemple, citons Herschel Steinscgneider, dit Erik Jan Hanussen, présenté comme le mage juif d’Adolf Hitler et qui prétendait donner au futur maître de l’Allemagne des cours de manipulation des foules et d’hypnotisme de masse !

Il est aussi question de la « confrérie italienne », une société secrète d’homosexuels au temps de Louis XIV, de la Loge de Lesbos, qualifiée par Mirabeau de « secte des Anandrynes », c’est-à-dire des « Femmes sans hommes », société secrète lesbienne aux règles calquées sur la franc-maçonnerie, ou encore du « Troisième Temple de la Rose-Croix » qui mélange rites vaudous, pratiques orgiaques et préceptes rosicruciens.

Les illuminés de l’occulte, ouvrage collectif, éditions Prisma, collection Folle Histoire, 190 pages, 17,95 euros

A commander en ligne via le site de l’éditeur


 

 
 
 
 
 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les :

*22 et

*29 du mois)

 

 

 

+++

 

DU 29 JUIN AU DIMANCHE 3 JUILLET

 

RETRAITE SPIRITUELLE DE GUERISON ET DE

 

DELIVRANCE  

 

"DANS ET PAR l'EGLISE DU CHRIST FONDEE SUR

 

LES SAINTS APÔTRES"

Afficher l'image d'origine

 

*Tous les jours Offices et Messes (Qurbano) avec enseignements réception et prières individuelles sur les retraitants.

 

Inscrivez-vous !

(Adresse ci-dessous)

 

+++

 

 

*29 Juin, Fête des Saints Pierre et Paul

 

*30 Juin, Fête des Saints Apôtres

 

+++

 

*Dimanche 3 Juillet:

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

et aux Saints du Kerala.

 

 

St Abraham Koorilose Bava,priez pour nous!

10h30, Messe suivie  du repas fraternel,

possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

St Gregorios de Parumala, priez pour nous !

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 2 Juillet  à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, June 5:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

===

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

See original image

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 7,1-5.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ; 
de la manière dont vous jugez, vous serez jugés ; de la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera. 
Quoi ! tu regardes la paille dans l’œil de ton frère ; et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ? 
Ou encore : Comment vas-tu dire à ton frère : “Laisse-moi enlever la paille de ton œil”, alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi ? 
Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »
 




"Love humility and you will never fall into the devil's snare, for, soaring on humility's swift wings you will always remain above the enemy's snares."
(St. Ephraim the Syrian)

Par Saint Jean Climaque

(v. 575-v. 650), moine au Mont Sinaï 
L'Échelle sainte, 10ème degré (trad. Bellefontaine 1978, coll. SO 24, p. 138 rev.) 

 

« Qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère ? »

 

 

J'ai entendu certains parler en mal de leur prochain, et je les ai repris.

Pour se défendre, ces ouvriers du mal ont répliqué : « C'est par charité et par sollicitude que nous parlons ainsi ! »

Mais je leur ai répondu :

Cessez de pratiquer une pareille charité, sinon vous accuseriez de mensonge celui qui dit :

« Qui dénigre en secret son prochain, celui-là je le repousse »

(Ps 100,5).

Si tu l'aimes, comme tu le dis, prie en secret pour lui, et ne te moque pas de cet homme.

C'est cette manière d'aimer qui plaît au Seigneur ; ne perds pas cela de vue, et tu veilleras très soigneusement à ne pas juger les pécheurs.

Judas était du nombre des apôtres et le larron faisait partie des malfaiteurs, mais quel changement étonnant en un instant ! . 

Réponds donc à celui qui te dit du mal de son prochain : « Arrête, frère !

Je tombe moi-même chaque jour dans des fautes plus graves ; dès lors, comment pourrais-je condamner celui-ci ? »

Tu obtiendras ainsi un double profit :

tu te guériras toi-même et tu guériras ton prochain.

Ne pas juger est un raccourci qui conduit au pardon des péchés si cette parole est vraie :

« Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés »...

Certains ont commis de grandes fautes à la vue de tous, mais ils ont accompli en secret de plus grands actes de vertu.

Ainsi leurs détracteurs se sont-ils trompés en ne s'attachant qu'à la fumée sans voir le soleil. 

Les censeurs hâtifs et sévères tombent dans cette illusion parce qu'ils ne gardent pas le souvenir et le souci constant de leurs propres péchés...

Juger les autres, c'est usurper sans honte une prérogative divine ; les condamner, c'est ruiner notre propre âme...

Comme un bon vendangeur mange les raisins mûrs et ne cueille pas les raisins verts, de même, un esprit bienveillant et sensé note soigneusement toutes les vertus qu'il voit dans les autres ; mais c'est l'insensé qui scrute les fautes et les déficiences.

 

 

Blessed the one who has not been made drunk by wine like a prodigal, but has been made glad each day by the memory of the Lord, in whom all the Saints rejoice continually. (St Ephraim the Syrian)

Blessed the one who has not been made drunk by wine like a prodigal, but has been made glad each day by the memory of the Lord, in whom all the Saints rejoice continually. (St Ephraim the Syrian)

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Eglise Syro-Orthodoxe Francophone
  • Eglise Syro-Orthodoxe Francophone
  • : Ce blog décrit la vie de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone autour de son Monastère Métropolitain, son Sanctuaire Marial (Pèlerinage tous les 1ers dimanches du mois)et sa paroisse pour toute la région Nord-Ouest, Nord-Est.-Orthodoxe Francophone
  • Contact

Recherche

Temps De L'avent

Liens