Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 08:17

 

Dimanche 8 Mai, Lectionnaire pour Dimanche 8 Mai  Dimanche avant la Pentecôte  (Dimanche des Moines)

 

Samedi 7 MAI 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR suivit du Lectionnaire pour le Dimanche avant la Pentecôte (Accordé au Calendrier de l'Eglise Orthodoxe Malankare):

Lectionnaire pour Dimanche 8 Mai

Dimanche avant la Pentecôte

(Dimanche des Moines)

·         Saint Qurbana

o    Actes 21: 7 à 9 :

  • 07 Achevant notre traversée, de Tyr nous sommes arrivés à Ptolémaïs ; ayant salué les frères, nous avons passé une journée chez eux.
  • 08 Partis le lendemain, nous sommes allés à Césarée, nous sommes entrés dans la maison de Philippe, l’évangélisateur, qui était l’un des Sept, et nous sommes restés chez lui.
  • 09 Il avait quatre filles non mariées, qui prophétisaient.

o     

o    I Corinthiens 7: 1 – 2 :

  • 01 Au sujet de ce que vous dites dans votre lettre, certes, certes, il est bon pour l’homme de ne pas toucher la femme.
  • 02 Cependant, étant donné les occasions de débauche, que chacun ait sa femme à lui, et que chacune ait son propre mari.

o    25 à 34 :

  • 25 Au sujet du célibat, je n’ai pas un ordre du Seigneur, mais je donne mon avis, moi qui suis devenu digne de confiance grâce à la miséricorde du Seigneur.
  • 26 Je pense que le célibat est une chose bonne, étant donné les nécessités présentes ; oui, c’est une chose bonne de vivre ainsi.
  • 27 Tu es marié ? ne cherche pas à te séparer de ta femme. Tu n’as pas de femme ? ne cherche pas à te marier.
  • 28 Si cependant tu te maries, ce n’est pas un péché ; et si une jeune fille se marie, ce n’est pas un péché. Mais ceux qui font ce choix y trouveront les épreuves correspondantes, et c’est cela que moi, je voudrais vous éviter.
  • 29 Frères, je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’avaient pas de femme,
  • 30 ceux qui pleurent, comme s’ils ne pleuraient pas, ceux qui ont de la joie, comme s’ils n’en avaient pas, ceux qui font des achats, comme s’ils ne possédaient rien,
  • 31 ceux qui profitent de ce monde, comme s’ils n’en profitaient pas vraiment. Car il passe, ce monde tel que nous le voyons.
  • 32 J’aimerais vous voir libres de tout souci. Celui qui n’est pas marié a le souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur.
  • 33 Celui qui est marié a le souci des affaires de ce monde, il cherche comment plaire à sa femme, et il se trouve divisé.
  • 34 La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur, afin d’être sanctifiée dans son corps et son esprit. Celle qui est mariée a le souci des affaires de ce monde, elle cherche comment plaire à son mari.

o    9: 1 – 10 :

  • 01 Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je pas vu Jésus notre Seigneur ? Et vous, n’êtes-vous pas mon œuvre dans le Seigneur ?
  • 02 Si pour d’autres je ne suis pas apôtre, pour vous en tout cas je le suis ; le sceau qui authentifie mon apostolat, c’est vous, dans le Seigneur.
  • 03 Ma défense devant ceux qui enquêtent sur mon compte, la voici.
  • 04 N’aurions-nous pas le droit de manger et de boire ?
  • 05 N’aurions-nous pas le droit d’emmener avec nous une femme croyante, comme les autres apôtres, les frères du Seigneur et Pierre ?
  • 06 Ou bien serais-je le seul avec Barnabé à ne pas avoir le droit d’être dispensé de travail ?
  • 07 Arrive-t-il qu’on serve dans l’armée à ses propres frais ? qu’on plante une vigne sans manger de ses fruits ? qu’on garde un troupeau sans boire du lait de ce troupeau ?
  • 08 Est-ce que je parle seulement au niveau humain ? La Loi ne dit-elle pas la même chose ?
  • 09 En effet, dans la loi de Moïse il est écrit : Tu ne muselleras pas le bœuf qui foule le grain. Dieu s’inquiète-t-il des bœufs ?
  • 10 ou bien le dit-il en réalité à cause de nous ? Oui, c’est pour nous que cela fut écrit, puisque le laboureur doit avoir un espoir quand il laboure, et celui qui foule le grain doit espérer en avoir sa part.

o     

o    Saint-Jean 17: 13 -26 :

  • 13 Maintenant que je viens à toi, Père, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés.
  • 14 Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde.
  • 15 Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.
  • 16 Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde.
  • 17 Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.
  • 18 De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.
  • 19 Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.
  • 20 Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.
  • 21 Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé.
  • 22 Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN :
  • 23 moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.
  • 24 Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.
  • 25 Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé.
  • 26 Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. »

o     

 

 

 

Prier sans agir, c'est comme montrer du pain à l'affamé sans le lui partager !

 

J'avais faim, et tu as organisé des associations de charité et vous y avez discuté de ma faim.



J'étais en prison, et tu as rejoins la quiétude de ta chapelle pour y prier pour ma libération.

J'étais nu, et en pensée, tu t'es posé des questions sur l'indécence de mon apparence.

J'étais malade, et tu t'es agenouillé et a remercié Dieu pour ta bonne santé.

J'étais sans domicile fixe, et tu m'as fait la leçon sur l'abri spirituel qu'est l'amour de Dieu.

J'étais seul, et tu m'as laissé seul pour t'en aller prier pour moi.

Tu as l'air si saint, si proche de Dieu.

Mais moi, j'ai toujours fort faim, et je suis toujours esseulé, et j'ai froid.


Auteur inconnu.

Ce 8 mai, ne l'oublions-pas, c'était l'apparition de saint Michel archange au mont Gargan (492) dans le sud de l'Italie.

 

PRIERE:
Grand Chef des milices célestes* Nous te supplions, indignes que nous sommes* De nous protéger par tes prières* Et de nous garder à l’ombre des ailes de ton immatérielle gloire* Nous qui, à genoux instamment t'implorons : * Délivre-nous des dangers, ô Prince des Puissances d'En-Haut.
(Tropaire ton 4)

En 492, un homme riche nommé Gargan faisait paître dans la campagne ses nombreux troupeaux.

Un jour, un taureau s’éloigna et s’enfuit dans les montagnes, où on le chercha d’abord vainement.

On finit par le rencontrer dans une caverne, où on lui tira une flèche ; mais cette flèche revint blesser celui qui l’avait tirée.

Devant cette merveille, on crut devoir suspendre la poursuite et consulter l’évêque voisin.

Le prélat ordonna trois jours de jeûne et de prières. 


Au bout des trois jours, l’Archange saint Michel apparut à l’évêque et lui déclara que cette caverne où le taureau s’était retiré était sous sa protection, et que Dieu voulait qu’elle fût consacrée sous son nom et en l’honneur de tous les Anges.


Accompagné de son clergé et de son peuple, le pontife se rend à cette caverne, qu’il trouve déjà disposée en forme d’église.

On y célèbre les divins mystères, et bientôt, dans ce lieu même, s’élevait un temple magnifique où la Puissance divine a opéré de grands miracles.

 

Plus que l'apparition elle-même, c'est la dédicace de ce sanctuaire que l'Église fête aujourd'hui, comme le 29 septembre elle fêtera encore la dédicace d'un sanctuaire romain également consacré au grand Archange.

Les fêtes de Pâques, qui sont éminemment les nôtres, sont aussi celles des esprits angéliques; la Résurrection fait la joie des Anges, dit saint Grégoire, parce qu'en nous rouvrant le ciel elle répare les pertes qu'ils avaient éprouvées dans leurs rangs.

 

 

L' Archange Saint Michel est dit 

"Chef des armées célestes"


Saint Michel est un ange du 1er cercle angélique, c’est-à-dire un Séraphin, l’un des « sept esprits qui se tiennent devant le trône de Dieu » (Apo 1/4 et 4/5). Le terme d’« archange » utilisé pour le qualifier (comme pour Gabriel et Raphaël) est un terme générique, indiquant seulement qu’il est un « chef ». On le qualifie aussi d’« archistratège » (Jos 5/14).



Séraphim
Les « séraphins aux six ailes » (Is 6/2-6) sont les « brûlants », ceux qui brûlent d’amour pour Dieu et qui ont atteint la perfection spirituelle par l’humilité, l’abnégation de leur volonté propre et de leur intelligence, qui obéissent à Dieu sans comprendre. Ils se voilent la face, parce qu’ils sont tellement proches du feu divin qu’ils seraient brûlés, car aucune créature ne peut voir Dieu face à face. Le nom de Michel signifie « qui est comme Dieu » [semblable à Dieu] : cela veut dire qu’il est devenu ressemblant à Dieu par l’humilité.

Chef des armées angéliques
La tradition de l’Eglise dit que le Chérubin Satanaël (2ème cercle angélique : celui de la connaissance et de l’intelligence) n’a pas supporté la kénose de Dieu, son abaissement volontaire pour s’incarner, et qu’il s’est révolté, entraînant avec lui un tiers du monde angélique (Apo 12/4). La tradition orientale dit que saint Michel, au moment de cette révolte, a dit à l’ensemble des anges : « soyons attentifs » [à nous tenir dans l’obéissance à Dieu]. C’est pour cela qu’il est considéré par toute la tradition chrétienne comme le chef des armées angéliques.

L’ange du combat spirituel
Il est par excellence l’ange du combat (on le représente toujours avec une épée) et c’est lui qui, à la fin des temps, livrera le combat final contre Satan et ses anges, le vaincra et le précipitera dans « l’étang de feu et de souffre », l’enfer éternel (Apo 12/7-9 et 20/8-10). C’est lui qui mit fin à la seconde guerre mondiale, qui s’acheva le 8 mai 1945, le 8 mai étant la plus importante fête de saint Michel en Occident : il remit son épée au fourreau, signe de paix. Son nom et sa présence sont toujours le signe d’un combat.

L’ange d’Israël
Dans le livre de Daniel, il est révélé comme le « chef » d’Israël, c’est-à-dire l’ange d’Israël, celui qui conduit Israël (Dan 10/13-21 et 12/1). La tradition chrétienne l’a aussi considéré comme l’ange de l’Eglise, son protecteur.

Ses apparitions
Saint Michel est apparu plusieurs fois sur la terre depuis 2000 ans, toujours dans des lieux élevés. La plus célèbre de ses apparitions fut au mont Gargan (au Sud de l’Italie) le 8 mai 492 : c’est l’origine de la fête du 8 mai. Il est apparu en France à saint Aubert d’Avranches (3 fois) au tout début du 8ème s. et lui demanda de construire une église en son honneur sur le mont Tombe [mont Saint-Michel] ce qu’il fit en 709 (dédicace le 16 octobre). Il est apparu plusieurs fois en Orient, mais son apparition la plus célèbre est certainement celle de Colosses, en Phrygie, à une date inconnue, située par la tradition vers le 2ème s. (fête le 6 septembre). Sa plus grande fête en Orient ne lui est pas propre : c’est celle du 8 novembre, appelée « Synaxe des archistratèges et des autres puissances incorporelles » où l’on nomme en premier saint Michel, saint Gabriel, saint Raphaël et les quatre autres séraphins (On ne trouve nulle part une explication historique sur l’origine de cette fête).

Patron de la France
Saint Michel est également le patron et le protecteur de la France, depuis le 8ème s. Charlemagne a institué la fête officielle de son Empire le 29 septembre, parce que c’était la date anniversaire de la dédicace de l’église du mont Gargan et il fit représenter saint Michel sur ses étendards avec l’inscription : « Saint Michel, patron et prince de l’Empire des Gaules ». Cela fut confirmé au 15ème s. , lorsque saint Michel apparut à Jeanne d’Arc et lui dit : « Je suis Michel, protecteur de la France ». C’est lui qui, avec sainte Catherine d’Alexandrie et sainte Marguerite d’Antioche, la conduisit à la victoire, c’est-à-dire à sauver le Royaume très chrétien de France, que Dieu ne voulait pas voir disparaître. Sainte Jeanne d’Arc révéla lors de son procès, que « ses voix » lui parlaient chaque jour, depuis l’âge de13 ans (vers 1425) et jusqu’à la fin (1431), c’est-à-dire pendant 6 ans, ce qui est unique dans l’histoire de l’Eglise. Et c’est le 8 mai 1429 (fête de saint Michel) qu’elle délivra Orléans, ce qui fut le début de la reconquête de la France.

L’Orthodoxie en Occident
Saint Michel intervint aussi lorsque Dieu envoya des Orthodoxes russes en Occident à partir de1920 et qu’il demanda au jeune Eugraph Kovalevsky (le futur évêque Jean de Saint-Denis) par la bouche de sainte Radegonde de restaurer l’Eglise orthodoxe d’Occident. En 1958, alors que la jeune Eglise française sortait d’un long isolement et que les premiers contacts avec [le futur] saint Jean de San Francisco avaient été pris, grâce à un ascète russe du mont Athos, saint Michel se manifesta à la cathédrale Saint-Irénée : le 13 mai 1958 [date importante et historique pour la France], la moniale qui vivait dans l’église constata que l’icône de saint Michel suintait une huile parfumée. Cette huile miraculeuse coula pendant un an, de mai 1958 à mai 1959. L’archevêque Jean (Maximovitch), qui avait un commerce facile avec les anges et les saints, fut très sensible à ce signe céleste et il décida alors de tout faire pour obtenir le sacre du P. Eugraph (qui aura lieu en 1964). En action de grâces, le P. Eugraph composa une très belle litanie à saint Michel, qui est un chef d’œuvre liturgique : comme les anges sont toujours qualifiés de termes militaires dans la Bible, il utilisa exclusivement ces termes pour magnifier saint Michel, tout en les associant à des termes spirituels, dans une très belle antinomie (par exemple : « général de la paix »).
(Source:Père Luc DULOISY / Article rédigé par P. Noël Tanazacq)

===

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/ 
  maliath taibootho/ full of grace/ 
  moran a'amekh  - the Lord is with thee/ 
  mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ 
  
wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ 
  O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ 
  yoldath aloho/  Mother of God/ 
  saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ 
  nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ 
  Amîn 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 En mai soyez Missionnaire de Marie, Mère de Miséricorde, abonnez vos amis à la "Newsletter", aidez le Monastère Syriaque et ses missions, venez en Pèlerinage !...

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les 22 et 29 du mois)

 

*TOUS AU MONASTERE SYRIAQUE POUR LE DIMANCHE DE LA PENTECÔTE !...

There is a higher level of thanksgiving: to give thanks over little. If we give thanks over a few things, God will make us rulers over many things. Perhaps, among the advantages of thanks giving are the continuity of the blessings and its increase, as one of the Fathers said, “Not a gift without increase, except that without thanksgiving”. (H.H Pope Shenouda )

 

le 15 MAI, Dimanche de Pentecôte:

9h,Baptème de Costanzo.

10h30, Messe de la Pentecôte suivie du repas fraternel,possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

Pour Pentecôte, ramassage des fidèles sur

*Nantes le Vendredi 13 à 9h, étape à l'Abbaye N-D de Port Salut

*Paris: le Samedi 14 à 15h au lieu de R.D.V habituel

 

 

 

 

*Dimanche 1er Juin:

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kerala. 

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

* Sunday, MAY 1:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 

 

 

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

===

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

See original image

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Ce 8 mai : Fête nationale de Jeanne d'Arc

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE 
Loi instituant une fête nationale de Jeanne d’Arc, fête du patriotisme 
Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, 
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : 


Art. 1er. – La république française célèbre annuellement la fête Jeanne d’Arc, fête du patriotisme. 


Art. 2. – Cette fête sera a lieu le deuxième dimanche de mai, jour anniversaire de la délivrance d’Orléans. 


Art. 3. – Il sera élevé en l’honneur de Jeanne d’Arc, sur la place de Rouen, où elle a été brûlée vive, un monument 
avec cette inscription : 


A Jeanne d’Arc 
LE PEUPLE FRANÇAIS RECONNAISSANT 


La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l’Etat. 
Fait à Rambouillet, le 10 juillet 1920. 
Paul DESCHANEL 
Par le Président de la République : 
Le ministre de l’intérieur, 
T. STEEG 
Le garde des sceaux, ministre de la justice, 
Président du conseil par intérim, 
LHOPITEAU

 
Dimanche 8 Mai, Lectionnaire pour Dimanche 8 Mai  Dimanche avant la Pentecôte  (Dimanche des Moines)

EST-IL CHRETIENNEMENT LEGITIME DE COMMUNIQUER AVEC NOS DEFUNTS ?

 

« … Est-il vraiment possible que notre monde et l'autre monde communiquent ? Nous est-il possible d'avoir une relation et une communion réelle avec nos enfants, avec notre mari ou notre femme, qui non seulement sont morts, mais dont les chairs sont décomposées ? Cette communion existe, mes bien-aimés ! …

… Lorsque nous dirigeons notre pensée, nos prières, vers l'autre vie, les morts nous entendent, car la terre et le ciel forment une seule Eglise, un seul troupeau, une même famille.

Tout comme un enfant fait retentir ses cris dans une maison, et que ceux-ci parviennent jusqu'aux personnes présentes, en quelqu'endroit qu'elles se trouvent, de même dans notre famille, dans l'Eglise, ce que nous disons sur terre est perçu par ceux qui sont au ciel...

… Nous formons un seul Corps avec les morts. Nous sommes une seule Eglise avec le ciel.

Si l'un de nous sur terre éprouve le besoin de parler à une autre personne, de s'occuper de son prochain, comprenez-vous combien plus les morts ont-ils besoinn que nous communiquions avec eux ?

Ils nous supplient continuellement de penser à eux. Nos morts vivent, ils abaissent leur regard vers nous pour voir si nous les commémorons. Par conséquent, envoyons nos prières vers eux.

Faisons dire pour eux quarante Liturgies. Pour eux, célébrons des offices de commémoration. Faisons l'aumône en leur nom. Tous ces actes les aident réellement, et constituent notre propre communion avec l'autre monde, avec les anges et les saints. « Les anges ne sont-ils pas tous des esprits chargés d'un ministère, envoyés au service de ceux qui doivent recevoir l'héritage du salut ? » (Hébreux 1,14)

Quand nous faisons mémoire des défunts, ils se réjouissent, ils espèrent, ils progressent sans interruption vers le Second Avènement. Ceux d'entre eux qui ne s'opposent pas à Dieu, qui ne le rejettent pas, s'approchent de plus en plus de Lui et, dans leur joie, ils nous envoient sans cesse des messages pour que nous continuions à les commémorer.

Si vous saviez quelle reconnaissance est la leur et comment ils nous l'expriment ! …

… Les défunts regardent vers nous pour voir si nous nous souvenons d'eux dans nos prières. Ils ont besoin de nous, car ils sont désormais sans corps. Lorsqu'ils revêtiront de nouveau leur corps, ils pourront adresser eux-mêmes à Dieu des prières instantes...

… Quand nous communiquons avec le ciel par ce moyen, nous voyons s'accomplir devant nous des miracles, des guérisons, des visions, des apparitions de saints descendus vers nous. Tous les saints nous aident, tous les saints se penchent sur nous, tous les saints s'unissent à nos désirs !

Et les morts – comme nous disons, nous, mais qui sont en réalité vivants – se réjouissent en voyant quelle communion est la nôtre avec l'autre vie...

… Un jour, tandis qu'il lisait de nombreux noms, un moine-prêtre s'est posé les questions suivantes : '' Est-ce que ceux dont nous faisons mémoire sont sauvés ? Est-ce qu'ils sentent quelque chose ? Est-ce que le ciel comprend que, maintenant, je prie pour ceux qui ont quitté cette terre ? Est-ce que les morts sont aidés par mes prières ? ''

Fatigué comme il l'était, il s'est accoudé à sa stalle. Il a fermé les yeux et, entre sommeil et veille, mais dans un état de vigilance spirituelle assortie du labeur de la chair, il a élevé le regard de son cœur vers les cieux, et que voit-il ?

La multitide des esprits des défunts ! Et avec eux les saints et les anges ! Devant le trône du Christ, se tenait la Très-Sainte Mère de Dieu revêtue d'une parure resplendissante. Son visage était lumière. Elle regardait le Christ et Lui montrait les esprits défunts en disant : '' Mon Fils et mon Dieu, j'intercède personnellement pour chacun d'eux. Accueille les voix de Ta sainte Eglise.

'' Alors le moine entendit tous les morts chanter : '' Réjouis-toi, Vierge pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre toutes les femmes, et béni est le Fruit de ton sein, car tu as enfanté le Sauveur de nos âmes. '' Non seulement tu as mis au monde notre Sauveur – le Christ – mais tu intercèdes jour et nuit pour nous ! Leurs voix devenaient '' comme la voix des grandes eaux '' (Apocalypse 1,15 ; 14,2).

Leurs voix étaient portés par les ailes des anges et se dispersaient partout dans le ciel et sur toute la terre. Au lieu de tambours et d'instruments, les anges frappaient leurs ailes et reprenaient : '' Car tu as enfanté le Sauveur de nos âmes '' !.. . »

Archimandrite Aimilianos * Catéchèses et discours * Le culte divin, attente et vision de Dieu * La communion des deux mondes * Editions Ormylia * 2004

Par St Théophane le reclus. Commentaires de l'Ecriture 

Actes 5:12-20; Jean 20:19-31

"Mon Seigneur et mon Dieu! "

(Jean 20:28)

s'écria l'apôtre saint Thomas.

 

Sentez-vous la force avec laquelle il a saisi le Seigneur, et combien il Le tient fermement?

Un homme qui se noie, saisit la planche sur laquelle il espère être sauvé de la même manière.

Nous ajouterons que celui qui n'a pas le Seigneur, comme cela pour lui-même et ne se tient pas de cette façon en relation avec le Seigneur, ne croit pas encore au Seigneur comme il se doit. 


Nous disons: "Seigneur et Sauveur", ce qui signifie qu'Il est le Sauveur de tous, mais Thomas dit:

"Mon Sauveur et Seigneur";

"Celui qui dit: mon Sauveur", estime son propre salut comme procédant de Lui.

Le sentiment du salut se trouve à côté de la sensation de périr, d'où le Sauveur tire celui qu'Il sauve.

Le sentiment de périr, pour un homme qui est épris de la vie par nature, et qui sait qu'il ne peut pas se sauver lui-même, l'oblige à chercher le Sauveur. 


Quand il Le trouve et sent que la puissance du salut procède de Lui, il Le saisit fermement et ne veut pas être arraché à Lui, même si pour cela il est privé même de la vie.

De telles natures d'événements dans la vie spirituelle du chrétien ne sont pas seulement imaginés en esprit, mais ils sont expérimentés dans les actes.

Puis, à la fois sa foi et son union avec le Christ deviennent ferme, comme la vie et la mort.

Seule une telle personne peut sincèrement clamer:

Qui me séparera [de l'Amour du Christ]!

(cf. Romains 8:35).

(Version française Claude Lopez-Ginisty d'après St Theophan the Recluse Thoughts for each Day of the Year St Herman of Alaska, Platina, CA USA 2010 )

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17,20-26.

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.
Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. 
Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : 
moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. 
Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. 
Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. 
Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. » 
 





Par Eusèbe de Césarée

(v. 265-340), évêque, théologien, historien 
La Théologie ecclésiastique, III, 18-19 ; PG 24, 1042s (trad. Orval) 

 

« Qu'ils soient un en nous, eux aussi »

 

 

Dans sa grande prière sacerdotale, notre Sauveur demande que nous soyons avec lui là où il est et que nous contemplions sa gloire.

Il nous aime comme son Père l'aime et il désire nous donner tout ce que le Père lui a donné.

La gloire qu'il tient de son Père, il veut nous la donner à son tour et nous faire tous un.

Il veut que nous ne soyons plus une multitude mais formions tous ensemble une unité, réunis par sa divinité dans la gloire du Royaume, non pas dans la fusion en une seule substance, mais dans la perfection, sommet de la vertu.

C'est cela que le Christ a proclamé quand il a dit :

« Qu'ils soient parfaitement un ! »

Ainsi, rendus parfaits par la sagesse, la prudence, la justice, la piété et toutes les vertus du Christ, nous serons unis à la lumière indéfectible de la divinité du Père, devenus nous-mêmes lumière par notre union avec lui, et pleinement fils de Dieu par notre communion à son Fils unique qui nous fait prendre part à l'éclat de sa divinité. 

C'est de cette manière que nous deviendrons tous un avec le Père et le Fils.

Car de même qu'il a déclaré que le Père et lui sont un -– « Moi et le Père, dit-il, nous sommes un » (Jn 10,30) — de même il prie pour qu'à son imitation nous participions à la même unité...

Non pas cette unité de même nature qu'il a avec le Père, mais celle-ci :

comme le Père l'a fait participer à sa propre gloire, ainsi lui-même, à l'imitation de son Père, communiquera sa gloire à ceux qu'il aime.

 

Dimanche 8 Mai, Lectionnaire pour Dimanche 8 Mai  Dimanche avant la Pentecôte  (Dimanche des Moines)

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma - dans Famille Tradition Syriaque Orthodoxie Orientale Spiritualité Chrétienne

Présentation

  • : Eglise Syro-Orthodoxe Francophone
  • Eglise Syro-Orthodoxe Francophone
  • : Ce blog décrit la vie de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone autour de son Monastère Métropolitain, son Sanctuaire Marial (Pèlerinage tous les 1ers dimanches du mois)et sa paroisse pour toute la région Nord-Ouest, Nord-Est.-Orthodoxe Francophone
  • Contact

Recherche

Temps De L'avent

Liens